(Montréal) Environ deux ans après avoir quitté Montréal pour San Francisco, le spécialiste des séjours ponctuels Sonder bonifiera sa présence dans la ville qu’il l’a vu naître en y implantant son « centre de croissance international », ce qui se traduira par la création de 700 emplois au cours des cinq prochaines années.

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

Si le siège social de la compagnie cofondée en 2012 par deux étudiants de l’Université McGill demeurera en Californie, Sonder a annoncé, mercredi, qu’elle miserait sur la métropole en matière de développement technologique, d’intelligence artificielle, de finance et de service à la clientèle, notamment. Elle compte déjà environ 120 travailleurs à Montréal.

« On examinait des options pour trouver un autre bureau au Canada et dans le monde, mais de revenir à Montréal est une décision particulière », a souligné mercredi le président-directeur général et cofondateur de Sonder, Francis Davidson, dans le cadre d’une conférence de presse à laquelle participait le premier ministre François Legault, le ministre de l’Économie et de l’Innovation Pierre Fitzgibbon ainsi que Martin Picard, cofondateur et vice-président à l’immobilier de la compagnie.

Hospitalité Sonder Canada obtiendra un prêt pouvant atteindre 30 millions d’Investissent Québec (IQ), le bras financier de l’État québécois, afin de réaliser son projet de 182 millions. Une somme de 5 millions sera pardonnable si certains critères sont atteints en matière de création d’emploi.

La société mère, Sonder Holdings, qui se présente comme une entreprise hôtelière nouveau genre en offrant la location de logements sur des plateformes, est établie à San Francisco, en Californie. Elle est présente dans 35 villes et compte plus de 5000 unités — dont 250 au Québec, qui répondent aux exigences en matière de réglementation touristique — permettant d’accueillir quelque 825 000 visiteurs.

L’entreprise signe des baux à long terme avec des propriétaires immobiliers pour ensuite offrir la location de ces espaces pour des séjours de courte durée ou à moyen terme.

Sonder, qui a obtenu plusieurs centaines de millions de dollars par l’entremise de rondes de financement au fil du temps, vaut plus de 1 milliard US, ce qui lui vaut l’appellation de « licorne », utilisée dans le secteur des jeunes entreprises technologiques.

« Aujourd’hui, ce que l’on fait, ce n’est pas juste annoncer 700 emplois, c’est un positionnement à l’international dans le secteur numérique », s’est félicité M. Legault, qui avait rencontré les cofondateurs de Sonder en décembre dernier, dans le cadre d’une mission économique en Californie.

M. Picard et un autre vice-président reviendront à Montréal pour diriger le nouveau centre de Sonder. Une centaine des nouveaux postes devraient proposer un salaire annuel d’environ 140 000 $.

Au cours de la dernière année, Sonder a généré un chiffre d’affaires d’environ 200 millions CAN et son taux d’occupation est d’environ 80 %, en dépit du contexte actuel provoqué par la pandémie de COVID-19. Même si la crise sanitaire a paralysé le secteur du tourisme en raison de la fermeture des frontières à l’international, M. Davidson a estimé que le temps était néanmoins venu d’appuyer sur l’accélérateur et d’aller de l’avant avec de nouveaux projets.

« Je pense qu’il y a un besoin encore plus criant, en ce moment, d’offrir aux voyageurs un modèle qui mise sur la technologie, a-t-il dit. Il y a vraiment un changement de comportement du consommateur plus orienté vers un service numérique. On dit souvent qu’on remplace beaucoup de services qui s’offrent physiquement avec une application mobile. »

Selon M. Davidson, la compagnie devrait être en mesure de générer un chiffre d’affaires supérieur à 1 milliard CAN en 2022.

Interrogés, les dirigeants de Sonder ont fait valoir que le retour à Montréal n’était pas pour « développer le marché » immobilier local, où la demande est très forte. M. Picard a expliqué que 500 autres unités étaient actuellement en construction, en ajoutant que l’entreprise participait au financement de projets immobiliers, qui, autrement, n’auraient peut-être jamais vu le jour.

Note aux lecteurs : Version corrigée. Sonder est présente dans 35 villes, et non dans 35 pays tel qu’indiqué par erreur dans une version précédente.