(New York) Le géant américain de l’internet Google a repoussé le retour obligatoire au bureau à septembre 2021 et laissera alors probablement à ses employés la possibilité de continuer à travailler partiellement depuis leur domicile, a indiqué le groupe à l’AFP lundi.

Agence France-Presse

La société avait été une des premières en mars à recommander le télétravail afin de limiter les risques de contamination à la COVID-19 et a par la suite retardé plusieurs fois le retour au bureau, le plus récemment jusqu’à la fin de l’année scolaire en cours aux États-Unis, soit juillet 2021.  

Le patron de la maison mère de Google, Alphabet, a souligné dans un courriel adressé aux salariés dimanche soir qu’il envisageait pour la suite l’idée d’une « semaine de travail flexible ».

Selon ce concept, les employés pourraient venir au bureau trois jours par semaine pour « collaborer » avec le reste des équipes et rester chez eux les deux autres jours, a précisé Sundar Pichai dans le document, dévoilé par le New York Times et dont le contenu a été confirmé par Google.  

« Aucune entreprise de notre ampleur n’a jamais créé un modèle de travail entièrement hybride – bien que quelques-unes commencent à le tester – il sera donc intéressant d’essayer », y écrit-il.  

Il ne précise pas en revanche si les employés devront se faire vacciner avant d’être autorisés à revenir au bureau.

De nombreuses entreprises s’interrogent actuellement sur l’organisation qu’elles retiendront une fois la pandémie passée.

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a estimé dès mai que la moitié des employés du groupe pourraient travailler de chez eux, de façon permanente, d’ici 5 à 10 ans.

Twitter avait aussi indiqué au printemps qu’il autoriserait probablement certains de ses salariés à travailler depuis leur domicile de façon permanente, même lorsque les mesures de confinement pour endiguer le coronavirus seront entièrement levées.