Le géant de l’industrie laitière québécoise Agropur procède à des coupures de personnel. Une vingtaine d’employés perdront leur emploi en informatique, surtout au Québec, dans la foulée d’une opération de « transformation numérique » entamée par l’administration.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Ça a été annoncé ce matin aux employés concernés, sur une base individuelle, puis en groupe », explique la porte-parole de l’entreprise, Diane Jubinville. Au total, 19 employés perdront leur emploi entre les mois de février et de mai prochains.

Agropur affirme que la décision a été prise pour « accélérer » sa transformation numérique, qui est l’une de ses priorités depuis quelques années. Une entente a été conclue avec Infosys, une société indienne de prestation de services informatiques qui a des bureaux en Inde, mais aussi aux États-Unis et au Canada.

D’après nos informations, cette suppression de postes concerne surtout des salariés du siège social de la compagnie, qui est situé dans l’arrondissement de Saint-Hubert à Longueuil, sur la Rive-Sud de Montréal. C’est là qu’est situé l’essentiel des services informatiques du groupe.

Le nouveau partenariat devrait permettre au géant québécois d’accéder « à des services numériques de nouvelle génération et à une expertise de premier ordre dans tous les domaines des technologies de l’information », indique la direction dans une déclaration.

Relocalisation ou pas ?

Plus tôt, jeudi, le Journal de Montréal a rapporté que des craintes de relocalisation de postes en Inde avaient été exprimées à l’interne par des salariés, au moment de l’annonce de la nouvelle. Questionnée à ce sujet, l’entreprise affirme toutefois qu’il n’est nullement dans ses intentions de procéder ainsi.

On ne parle pas de relocalisation de poste ni d’un transfert. Dans le domaine informatique, c’est certain que des services peuvent être délocalisés mondialement. C’est le fameux nuage. Ceci dit, notre plan est de travailler directement avec Infosys et ses bureaux au Canada.

Diane Jubinville, porte-parole d’Agropur

L’administration affirme qu’elle bénéficiera ainsi de l’importante présence au pays d’Infosys, qui a des bureaux à Toronto et Calgary et projetterait l’ouverture d’un centre d’affaires à Montréal. Entre-temps, des programmes d’accompagnement seront mis sur pied pour venir en aide aux employés qui perdront leur travail dans les prochains mois, assure-t-on.

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise rationalise ses activités canadiennes. L’an dernier, en novembre, 125 employés-cadres avaient perdu leur emploi, alors que la coopérative laitière avait connu un exercice 2019 pénible sur le plan de la rentabilité, avec un excédent net en baisse de 80 % après neuf mois. Un mois avant, l’usine de crème glacée de Lachute, comptant 177 employés, avait mis la clé sous la porte.

Pour le moment, l'organisation affirme qu’il n’est pas dans ses plans de procéder à davantage de coupures, mais ne garantit rien. « Ça peut toujours bouger. Des gens qui quittent, d’autres qui arrivent, ça se fait de façon régulière chez nous », illustre Mme Jubinville. Au total, Agropur compte 8000 employés au Québec et au Canada, ainsi que plusieurs milliers de membres. Infosys, de son côté, regroupe plus de 240 000 employés à travers le monde. Son siège social est situé à Bangalore, dans le sud de l'Inde.