(Toronto) Sherritt International a annoncé lundi que son président et chef de la direction, David Pathe, avait l’intention de quitter ses fonctions en 2021, mais qu’il resterait jusqu’à ce qu’un remplaçant lui soit trouvé.

La Presse Canadienne

Les huit années sous la direction de M. Pathe ont été marquées par la faiblesse et l’imprévisibilité des prix du nickel et par les menaces financières attribuables à sa participation dans la mine de nickel d’Ambatovy, à Madagascar, a indiqué l’entreprise.

La société torontoise a conclu en août une restructuration supervisée par la cour, qui lui a permis de quitter le partenariat minier et d’éliminer la dette et les appels de fonds associés à cet investissement.

Le président de Sherritt, Richard Lapthorne, a souligné que le mandat de M. Pathe avait également été rendu plus difficile par la politique américaine « de plus en plus hostile » envers Cuba, où la société extrait du cobalt et du nickel et produit du pétrole et de l’électricité avec ses partenaires cubains.

M. Pathe a également supervisé la sortie de Sherritt des activités de charbon thermique en les vendant en 2014 pour 946 millions. Ces activités comprenaient sept mines en production en Alberta et en Saskatchewan.

Avant de devenir chef de la direction en 2012, M. Pathe a occupé les postes de directeur financier, avocat général et secrétaire général de Sherritt.

« Le mandat de David en tant que chef de la direction a été, pendant une certaine période, aussi difficile à gérer que n’importe quels autres auxquels la société a été confrontée au cours de ses plus de 90 ans d’histoire », a affirmé M. Lapthorne dans un communiqué de presse.

« En fait, David quitte Sherritt après lui avoir permis de se tourner de nouveau vers l’avenir. »