(New York) Le conglomérat américain General Electric (GE) s’envolait à Wall Street mercredi après avoir fait part d’une nette réduction de sa perte nette au troisième trimestre, même si ses activités, en particulier dans l’aviation, restent sous pression de la pandémie.

Agence France-Presse

Le groupe a enregistré une perte nette de 1,2 milliard de dollars entre juillet en septembre, ce qui est bien moindre que la perte de 9,5 milliards encaissée un an plus tôt ou celle de 2,2 milliards observée au trimestre précédent.  

Rapporté par action et hors éléments exceptionnels, mesure préférée des investisseurs, le groupe a même dégagé un profit de 6 cents, là où les analystes s’attendaient à une perte de 4 cents.  

Le titre s’envolait de plus de 5 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la Bourse de New York.  

« Nous améliorons nos bénéfices et notre trésorerie grâce à une augmentation de notre marge dans tous les segments sauf l’aviation, même si les commandes restent globalement sous pression », a souligné le PDG du groupe, Larry Culp, dans un communiqué.

Les commandes ont de fait diminué de 31 % sur le trimestre.  

Son chiffre d’affaires a reculé de 17 % sur la période, à 19,42 milliards de dollars. Ce qui est plus que les 18,7 milliards attendus par les analystes.

Les revenus ont un peu augmenté dans les divisions consacrées aux turbines à gaz et à vapeur (+3 % à 4 milliards de dollars) et aux énergies renouvelables (+2 % à 4,5 milliards).

Mais ils ont nettement reculé dans la division aviation (-39 % à 4,9 milliards), lestée par la chute du trafic aérien et des chutes de commandes d’avions, et dans une moindre mesure dans la division santé (-7 % à 4,6 milliards).

Ces deux dernières restent toutefois celles rapportant, de loin, le plus de profits.

« Nous évoluons dans un environnement encore difficile en améliorant notre exécution opérationnelle dans toutes nos activités, et nous sommes sur la bonne voie dans nos actions visant à réduire les coûts et à augmenter la trésorerie », a souligné M. Culp.  

Le flux de trésorerie disponible provenant des activités industrielles devrait être d’au moins 2,5 milliards de dollars au quatrième trimestre et positif en 2021, a-t-il précisé.

GE avait notamment annoncé au printemps un plan d’économies de 2 milliards de dollars, passant par la suppression de 13 000 postes.