Les compagnies aériennes américaines ont commencé à licencier plus de 32 000 salariés, jeudi, à la suite de l’expiration d’une interdiction fédérale d’éliminer des emplois.

Associated Press

American Airlines et United Airlines ont déclaré qu’elles pourraient changer leur fusil d’épaule si le Congrès et la Maison-Blanche acceptaient d’allouer des milliards de dollars supplémentaires en aide à l’industrie aérienne.

Washington a prévu 20 milliards US pour les transporteurs dans le cadre d’un plan de 1,6 millier de milliards de dollars américains, ce qui se rapproche des demandes des démocrates, qui souhaitent que les mesures atteignent 2,2 milliers de milliards de dollars américains.

Les compagnies aériennes et leurs syndicats souhaitent obtenir une aide financière pour conserver le lien d’emploi de leurs salariés pendant six mois de plus, soit jusqu’en mars prochain. Les entreprises ont reçu 25 milliards US pour payer leurs employés jusqu’au 30 septembre afin d’éviter des licenciements massifs.

Les quatre plus grandes compagnies aériennes américaines ont perdu plus de 10 milliards US depuis le début de la crise sanitaire.