Comme une dizaine d’autres détaillants québécois depuis six mois, les boutiques de lingerie et de maillots Lilianne, Moments Intimes et Body & Beach se sont placées à l’abri de leurs créanciers.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

La liste des entreprises québécoises du secteur de la vente au détail ayant entrepris une restructuration supervisée par les tribunaux ne cesse de s’allonger.

Jusqu’ici, elle comprend Aldo, Reitmans, Coalision (lolë et Paradox), SAIL, Bestsellers (Vero Moda et Jack & Jones), Modasuite (Frank & Oak), DavidsTea, Tristan, Laura, Ernest et le Groupe Dynamite. Certaines de ces entreprises comptent plusieurs enseignes et des centaines de magasins.

En tout, elles regroupent plus de 4000 points de vente et emploient au moins 26 000 personnes.

Leur démarche permet notamment de renégocier leurs baux avec les bailleurs et de fermer des magasins dans un contexte où la popularité des achats en ligne explose. Idem pour les coûts d’exploitation en raison des mesures sanitaires à respecter.

Joint par La Presse, le président de Lilianne Lingerie, François Lapierre, n’a pas souhaité donner de détails sur la situation de l’entreprise et ses intentions en se plaçant sous la protection de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité (LFI). Il a dit préférer que la nouvelle ne soit pas divulguée publiquement.

« [La Loi sur la faillite et l’insolvabilité] est un outil de travail à notre disposition pour garder un maximum de boutiques et d’employés », a-t-il seulement déclaré. Son frère Michel Lapierre est le vice-président. L’entreprise a été fondée par leur père Claude.

L’entreprise familiale compte 3 enseignes, 48 boutiques et plus de 350 employés. Ses points de vente se trouvent dans les principaux centres commerciaux du Québec à l’exception d’un, situé au Nouveau-Brunswick.

Claudel, une entreprise qui appartient à la même famille, n’est pas concernée par la procédure. Fondé en 1965, le grossiste confectionne des vêtements de nuit vendus à un vaste éventail de magasins.

Investissement Québec

Lilianne Lingerie a informé ses créanciers de son intention de leur faire une proposition à la mi-août.

Ses dettes totalisent 4,9 millions de dollars. Investissement Québec est l’un des créanciers garantis (332 000 $) avec la Banque Royale (65 000 $).

« Clairement, l’entreprise n’a plus la capacité d’opérer dans le contexte de la COVID-19 avec les loyers de base », a résumé le syndic à l'avis d'intention Jean Gagnon, de Raymond Chabot, ajoutant que Lilianne Lingerie vivait la même chose que tous les autres détaillants. Et comme les autres, la LFI permettra de « renégocier ou résilier des baux ».

Les boutiques Lilianne Lingerie et Moments Intimes vendent notamment des marques françaises de lingerie haut de gamme telles que Chantelle, Passionata et Simone Pérèle, mais aussi des tenues de nuit Claudel. Body & Beach vend des maillots et vêtements de plage pour femmes, ainsi que des sous-vêtements pour hommes.

Créée par Paul Delage Roberge (connu pour ses magasins Les Ailes de la mode), la marque Moments Intimes a été acquise par la famille Lapierre en 2007. Ace Style Group, de Hong Kong, s’en était porté acquéreur en 2004 dans le cadre de la restructuration de Boutiques San Francisco, alors en graves difficultés financières.