(Tokyo) Le géant japonais de la publicité Dentsu a annoncé jeudi un petit bénéfice net au deuxième trimestre 2020, mais n’a toujours pas formulé de prévisions pour l’ensemble de son exercice, citant « l’incertitude économique qui persiste » à cause de la pandémie.

Agence France-Presse

Sur la période avril-juin, le groupe a enregistré un bénéfice net en recul de 66,5 % sur un an, à 438 millions de yens (3,5 millions d’euros). Son bénéfice d’exploitation a diminué de moitié sur un an, à 4 milliards de yens (31,7 millions d’euros).

Ses ventes sur le deuxième trimestre, dont l’entreprise estime qu’il sera « le plus faible de l’année », ont quant à elles baissé de 16,3 % sur un an, à 206,3 milliards de yens (1,6 milliards d’euros).

Dentsu, agence marketing exclusive des Jeux olympiques de Tokyo 2020, misait beaucoup sur cet évènement pour se refaire une santé cette année après être tombée dans le rouge en 2019.

Malgré le report des JO à l’été 2021 en raison de la propagation du coronavirus dans le monde entier, et bien que leur annulation pure et simple ne soit pas exclue en cas d’absence de progrès de la situation sanitaire, le groupe table sur une « lente reprise » à partir du second semestre 2020.

Dentsu s’est refusé à annoncer pour l’instant des objectifs annuels, confirmant cependant son intention de verser des dividendes intérimaires de 47,5 yens par action, comme évoqué en février.

Pour tenter de réduire les coûts face à la situation économique, l’entreprise a annoncé jeudi un plan visant à établir un « bilan global » et à mettre en place « une transformation accélérée » dans le but de « simplifier son offre » et de « réduire structurellement les dépenses opérationnelles ».

Ce plan est la « clé de la croissance et de la rentabilité futures de notre groupe », a déclaré le PDG de Dentsu Toshihiro Yamamoto, cité dans un communiqué.