(New York) Boeing a fait part mardi de l’annulation en juillet de 43 commandes supplémentaires de 737 MAX, l’avion-vedette du constructeur américain cloué au sol depuis mars 2019, et de l’absence de nouvelles commandes sur la période.

Agence France-Presse

Au total, l’avionneur a encaissé 398 annulations de 737 MAX depuis le début de l’année, selon un bilan mensuel.

Le groupe, qui a recommencé à produire les appareils au printemps après plusieurs mois d’arrêt, avait déjà prévenu fin juillet qu’il anticipait une augmentation « plus lente que prévu » des cadences de production d’ici 2022.  

Interdit de vol depuis deux accidents mortels, l’avion s’est pourtant récemment rapproché de son retour dans le ciel avec une série de vols de certification fin juin. Mais les autorités n’ont pas encore accordé leur feu vert et le groupe ne reprendra la livraison au mieux qu’au quatrième trimestre.

Boeing n’a par ailleurs livré que quatre appareils en juillet, deux 787 Dreamliner à Air France-KLM et Turkish Airlines, ainsi que deux avions-cargos, contre 19 en juillet 2019.  

Or c’est au moment de la livraison que le constructeur récupère l’essentiel de l’argent de la commande.  

La chute du transport aérien depuis le début de la pandémie, qui a fait plonger les achats de billets d’avion, est venue s’ajouter aux déboires du 737 MAX.  

Outre le ralentissement des cadences de production, Boeing a prévenu qu’il allait devoir licencier encore plus que les 16 000 suppressions de postes annoncées en avril.