Les dirigeants du géant montréalais des produits laitiers, Saputo, ont su réconforter ses actionnaires connectés en assemblée annuelle virtuelle, jeudi, en leur annonçant une hausse de leur dividende en dépit de résultats trimestriels encore entachés par le choc économique de la pandémie.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

En Bourse, cette hausse de dividende (de 2,5 % à 17,5 cents par action), combinée à des résultats considérés par les analystes comme moins mauvais que prévu dans les circonstances, a suscité un rebond de 5,5 % des actions de Saputo.

Elles ont terminé à 34,99 $, en hausse de 1,89 $ par rapport à mercredi, mais encore à mi-parcours entre le sommet de 41 $ atteint à la mi-février et le creux de 29 $ atteint un mois plus tard, à la mi-mars.

INFOGRAPHIE LA PRESSE

Dans leur présentation des résultats du trimestre, les dirigeants de Saputo ont souligné qu’un « changement de la demande des consommateurs » en raison de la pandémie avait touché tous les secteurs de l’entreprise, à des degrés divers.

Dans l’ensemble, le volume de ventes dans le secteur des détaillants alimentaires a augmenté, alors que ceux des secteurs des services alimentaires, de la restauration et des industriels de l’alimentation ont diminué.

Les revenus de Saputo à son premier trimestre clos le 30 juin se sont établis à 3,4 milliards, en baisse de 7,6 % par rapport à la période correspondante de l’année précédente.

Saputo a comptabilisé un bénéfice net en hausse de 16,9 % à 141,9 millions. Mais en excluant les éléments non récurrents, le bénéfice net ajusté s’est avéré en baisse de 2,4 % à 160,9 millions.

Le bénéfice par action a été de 35 cents, comparativement à 31 cents lors du premier trimestre de l’exercice précédent.

Résultats « légèrement positifs »

Chez Desjardins Marché des capitaux, l’analyste torontois Chris Li a qualifié ces résultats trimestriels de Saputo de « légèrement positifs ».

« Les revenus trimestriels de 3,39 milliards sont inférieurs de 5 % à la prévision moyenne parmi les analystes. En contrepartie positive, le bénéfice par action (BPA) ajusté de 39 cents est un peu supérieur à la prévision moyenne de 29 cents parmi les analystes », indique-t-il dans une note à ses clients.

« Le BPA meilleur qu’attendu est la conséquence d’un bénéfice d’exploitation (BAIIA) ajusté de 376 millions, meilleur que la prévision moyenne de 323 millions des analystes. Mais aussi, d’une marge bénéficiaire d’exploitation en hausse annualisée de 100 points de base (+ 1 %) à 10,8 %, ce qui est aussi supérieur à la prévision moyenne parmi les analystes. »

Pour le Canada, Saputo fait état d’une hausse de 1,1 % sur un an des volumes de ventes à 982 millions, principalement dans la catégorie du lait nature, alors que son marché des services alimentaires demeurait affaibli.

Fusion des divisions américaines

En contrepartie, aux États-Unis, Saputo a subi un déclin annualisé de 19 % des volumes de ventes à 1,49 milliard, ce qui a eu une « incidence sur l’efficience et l’absorption des frais fixes », ont admis ses dirigeants.

Pour améliorer cette situation, Saputo a décidé d’unifier les directions de ses deux divisions de produits fromagers et de produits laitiers aux États-Unis.

Dans leur rapport de gestion trimestriel aux actionnaires, les dirigeants de Saputo indiquent que cette unification de direction aux États-Unis, en plus de réaliser des économies de coûts de gestion, lui permettra d’avoir « une plateforme américaine plus agile, alignée sur une stratégie commune, et en meilleure position pour servir ses marchés de manière plus efficace, puisque les habitudes et les attentes des consommateurs peuvent évoluer rapidement ».

Pendant ce temps, dans ses activités outre-mer, les revenus trimestriels de Saputo en Argentine et en Australie ont décru de 1,1 % à 782 millions. En Europe, ses revenus ont crû fortement de 39 % à 211 millions CAN en conséquence de l’acquisition de Dairy Crest en début d’année.

— Avec La Presse canadienne

Consultez le rapport de gestion de Saputo