(San Francisco) Uber était fortement sanctionné jeudi soir à Wall Street, après avoir fait état d’une perte de 1,8 milliard de dollars au deuxième trimestre, et de revenus en chute libre à cause de la pandémie.

Agence France-Presse

L’action a perdu jusqu’à 5,04 % peu avant 16 h 30, lors des échanges électroniques après-Bourse.  

La perte nette par action ajustée s’établit à 1,02 dollar, plus importante encore que les 86 cents attendus par les marchés.

Le chiffre d’affaires du leader mondial de la réservation de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) a quant à lui plongé de 29 % sous l’effet de la pandémie, et tombe à 2,2 milliards de dollars, en ligne avec les attentes.

La demande pour des trajets en voiture avec chauffeur a chuté sous l’effet des mesures de confinement et de l’annulation de la plupart des évènements et voyages.

Les revenus tirés de cette activité ont baissé de 67 %, à 790 millions de dollars.  

La livraison de repas à domicile, dont le chiffre d’affaires a plus que doublé pour atteindre 1,2 milliard de dollars, n’a pas suffi à compenser cette baisse.

Cette activité, nouvelle vache à lait du groupe, a apporté entre avril et juin près de deux fois plus de revenus que les trajets en voiture avec chauffeur.