(Toronto) Thomson Reuters a affiché mercredi un bénéfice de base de 221 millions US pour son deuxième trimestre, en hausse par rapport à l’an dernier, malgré une légère baisse de ses revenus d’ensemble.

La Presse canadienne

La société torontoise a fait état d’un profit ajusté de 46 cents US par action, en hausse par rapport à celui de 29 cents US par action, ou 146 millions US, de l’an dernier.

Le bénéfice net pour le trimestre clos le 30 juin s’est établi à 126 millions US, ou 25 cents US par action.

En comparaison, la société avait réalisé un bénéfice de 180 millions US, ou 36 cents US par action, au deuxième trimestre de 2019, alors quelle avait profité de la réévaluation de titres qu’elle détenait dans Refinitiv en lien avec la vente proposée de Refinitiv au London Stock Exchange Group, qui exploite la Bourse de Londres.

Les revenus du plus récent trimestre se sont établis à 1,40 milliard US, en baisse par rapport à ceux de 1,42 milliard US de la même période l’an dernier.

Les analystes s’attendaient à ce que Thomson Reuters affiche un bénéfice ajusté de 38 cents US par action, un profit net de 23 cents US par action et des revenus de 1,4 milliard US, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

La société a indiqué que sa division Reuters News avait été négativement touchée par l’annulation d’évènements en personne en raison de la pandémie de COVID-19, tandis que les activités de Global Print ont été minées par un retard dans la livraison de matériel essentiel aux cabinets d’avocats et aux agences gouvernementales, alors que les clients travaillent de la maison.

« Je suis ravi d’annoncer que la société a atteint ou surpassé chacun des objectifs financiers établis en mai pour le deuxième trimestre. Et, étant donné notre performance pour le deuxième trimestre et le premier semestre, nous sommes de plus en plus optimistes quant à la performance de nos activités pour le reste de l’année », a souligné le chef de la direction, Steve Hasker.