Junior Dubois est un amateur de sports de planche : surf, wake, planche à neige, etc. « Je suis un rider. J’ai toujours fabriqué mes planches et j’en répare aussi. » Il lui manquait seulement un peu de temps.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Quand la pandémie a frappé au printemps et causé l’arrêt des activités dans bien des secteurs, cet entrepreneur général en construction s’est retrouvé confiné à la maison comme beaucoup d’autres.

Lorsque sa conjointe lui a dit un dimanche après-midi, au début d’avril, qu’elle aimerait bien avoir une planche d’équilibre, il n’a pas hésité. « J’ai dit “viens, on va aller à la shop ensemble.” Et on est allés fabriquer un balance board », dit l’homme de 42 ans.

Ce résidant de Greenfield Park a donc utilisé l’entrepôt de son entreprise à La Prairie comme atelier de fabrication. Ça tombait pile, car il conserve à cet endroit des restants de bois provenant de contrats passés.

« J’ai collé quelques morceaux pour faire une belle planche en bois exotique et ma blonde a sablé le premier poteau. »

Junior Dubois avait du temps, du bois et une passion. Il ne s’est pas arrêté après un exemplaire. « J’ai commencé à faire ça quelques heures par jour. Et tant qu’à le faire, j’ai commencé à les vendre. »

Il a tourné une petite vidéo publiée sur Facebook et produit un premier lot d’une dizaine de planches de différents modèles. « Les gens se les sont arrachées. Je les ai toutes vendues en une soirée », lance-t-il.

Je ne me suis pas trop enflé la tête avec ça parce que c’était beaucoup des connaissances. Mais après ça, j’ai fabriqué un autre lot de planches et il y a eu d’autres acheteurs.

Junior Dubois

Avec l’argent récolté, il a décidé de s’acheter un « tour à bois », un outil pratique pour tailler du bois en cylindre. « J’ai investi pour m’équiper et pouvoir en faire plus. »

Seul inconvénient, le confinement dans le secteur de la construction a pris fin avant le début officiel de l’été. « J’ai eu de la misère à terminer mon dernier lot de planches d’équilibre, car c’était le temps de retourner sur les chantiers. »

  • Une planche d’équilibre fabriquée par Junior Dubois

    PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

    Une planche d’équilibre fabriquée par Junior Dubois

  • Des planches d’équilibre fabriquées par Junior Dubois dans son atelier-entrepôt à La Prairie

    PHOTO FOURNIE PAR JUNIOR DUBOIS

    Des planches d’équilibre fabriquées par Junior Dubois dans son atelier-entrepôt à La Prairie

  • Junior Dubois est depuis longtemps un amateur de sports de planche.

    PHOTO FOURNIE PAR JUNIOR DUBOIS

    Junior Dubois est depuis longtemps un amateur de sports de planche.

1/3
  •  
  •  
  •  

Par la force des choses, Junior Dubois convient que ce fut davantage un passe-temps qu’un lancement d’entreprise.

« Ça s’est pas mal étouffé dans l’œuf avec le retour au travail. » Il se dit « débordé » actuellement avec les contrats de son entreprise de construction. « On avait déjà des contrats en attente. Le résidentiel a été plus long à décoller, mais on avait plusieurs contrats commerciaux », dit-il.

« Je suis moins actif sur les réseaux sociaux, alors je ne reçois plus de nouvelles commandes. Mais si j’avais voulu lancer un produit en plus grande quantité, ça me prenait une plus grande industrialisation, et je me suis dit que je n’étais pas rendu là. Je voulais garder mon produit artisanal et entièrement fait à la main. »

Junior Dubois soutient avoir tout de même réussi à vendre une vingtaine de planches au total.

Il a vendu ses premières planches en merisier russe au prix unitaire de 100 $ et celles en bois massif au prix de 150 $. « Pour le deuxième lot, j’avais augmenté mes prix à 150 $ pour celles en merisier et 250 $ pour celles en bois massif. »

Si jamais le virus provoquait une deuxième vague de contagion et que la construction devait à nouveau s’arrêter, Junior Dubois est catégorique : « C’est sûr que je vais me relancer dans la fabrication de planches d’équilibre. »

> Voyez une vidéo de présentation de Junior Dubois