(New York) Le groupe de messageries américain UPS a largement dépassé les attentes au deuxième trimestre grâce à la hausse du nombre de colis commandés par les particuliers et dans le secteur de la santé, faisant bondir son action à Wall Street.  

Agence France-Presse

La performance de la société « a été entraînée en partie par les évolutions de la demande qui ont émergé pendant la pandémie », a souligné la directrice générale d’UPS Carol Tomé.  

En particulier, le groupe a observé « un bond des volumes des livraisons chez les particuliers, des commandes de santé liées à la COVID-19 et une forte demande en provenance d’Asie », a-t-elle ajouté.  

En volume, le nombre de paquets transportés par la société s’est envolé de 20,9 %. Le prix payé par livraison a en revanche baissé un peu, de 5,2 % à 10,63 dollars en moyenne.

L’activité a surtout augmenté aux États-Unis, où le groupe a transporté en moyenne 21,1 millions de paquets par jour. La croissance des livraisons d’entreprises à des particuliers a en particulier bondi de 65,2 %.  

Le chiffre d’affaires d’UPS a augmenté de 13,4 % pour atteindre 20,46 milliards de dollars, là où les analystes anticipaient 17,50 milliards de dollars.

La société a dégagé un bénéfice net de 1,77 milliard de dollars, en hausse de 5 %. Ajusté par action, il s’élève à 2,13 dollars, soit bien plus que le 1,07 dollar attendu.  

L’action d’UPS s’envolait de 10 % vers 6 h 45 dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance officielle à la Bourse de New York.  

UPS reste prudent pour la suite et préfère ne pas donner de prévisions « en raison de l’incertitude sur le calendrier et le rythme de la reprise économique ».