Les mises à pied chez Résolu au Québec sont « temporaires », mais il est « très difficile d’évaluer » si certaines de ces interruptions deviendront permanentes, a fait valoir le président et chef de la direction, Yves Laflamme.

Jean Philippe Angers
La Presse canadienne

Des usines de papier journal à Baie-Comeau et Amos n’ont pas repris leur production, et deux machines sur trois de papiers pour usages spéciaux sont en activité à Alma. Ces arrêts dans des papetières touchent un peu plus de 450 employés, a indiqué l’entreprise.

Les scieries à Lebel-sur-Quévillon, dans le Nord-du-Québec, et Saint-Thomas-Didyme, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, ont redémarré plus tôt ce mois-ci. Cette reprise d’activités a pu bénéficier à un peu plus de 160 employés, selon Résolu.

Dans les débuts de la pandémie de COVID-19, plus de 1000 mises à pied temporaires — principalement au Québec — ont été réalisées chez Produits forestiers Résolu.

Jeudi, en présentant les résultats du deuxième trimestre, qui montrent un recul important du bénéfice net, M. Laflamme a fait valoir les difficultés persistantes du marché du papier.

« (Ces interruptions) sont encore temporaires. Il est très difficile d’évaluer si certaines d’entre elles deviendront permanentes. […] Il est assez clair, pas seulement pour Résolu, que le marché dans son ensemble ne reviendra pas à ce qu’il était il y a environ trois mois », a affirmé M. Laflamme en conférence téléphonique avec des analystes.

L’action de Résolu a bondi de 48 % jeudi après que le producteur de bois, de pâte et de papier eut dépassé les attentes des analystes en matière de bénéfices au deuxième trimestre malgré une baisse de 19 % des revenus.

Le titre de la société montréalaise a culminé à 6,06 $, le plus haut niveau depuis janvier, et était en hausse de 1,39 $ ou 33,9 %, à 5,49 $, à midi.

Résolu a déclaré que des ventes solides de bois d’œuvre et une reprise du marché de l’habitation ont stimulé les résultats de l’entreprise ce printemps, malgré un ralentissement économique qui a réduit de 27 % les livraisons de papier.

Résolu a rapporté jeudi un recul de son bénéfice net au deuxième trimestre qui est passé en un an de 25 millions, soit 27 cents par action, à 6 millions, ou 7 cents par action, après dilution.

Les ventes du trimestre clos le 30 juin dernier ont atteint 612 millions, en baisse de 143 millions par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent.

En excluant les éléments hors gestion courante, la société a enregistré une perte nette de 22 millions, soit 25 cents par action, contre un bénéfice net de 11 millions, soit 12 cents par action, après dilution, pour le deuxième trimestre de 2019.

Les analystes sondés par Refinitiv s’attendaient à une perte ajustée de 30 cents par action, et à des revenus de 628 millions.

M. Laflamme a fait remarquer que les liquidités se sont améliorées pour atteindre 396 millions et que la dette de la multinationale montréalaise de la foresterie a été réduite de 191 millions.

Subvention salariale d’urgence

Concernant la subvention salariale d’urgence du Canada pour les entreprises touchées par la COVID-19, Résolu a indiqué qu’elle n’avait pas été admissible au cours du deuxième trimestre.

Le premier vice-président et chef des services financiers, Rémi Lalonde, a dit s’attendre à recevoir « quelques millions » de dollars à tout le moins durant le troisième trimestre en raison des modifications des conditions sur la perte de revenus.

À compter du deuxième trimestre, les résultats des secteurs papier journal et papiers pour usages spéciaux ont été regroupés dans un seul secteur, soit le secteur « Papier ».

Ce secteur a enregistré une perte d’exploitation de 12 millions pour le trimestre, soit une diminution de 9 millions par rapport au trimestre précédent.

Les volumes expédiés ont diminué de 132 000 tonnes métriques, soit 27 %. Il y a eu réduction surtout dans les produits qui dépendent des programmes de marketing, comme les journaux, les encarts, les circulaires et les papiers pour usages commerciaux.

Le prix de vente moyen est cependant demeuré relativement stable, accusant un recul de 8 $ par tonne métrique, soit 1 %.

Les rénovations en temps de pandémie

Le secteur des produits du bois a affiché un bénéfice d’exploitation de 15 millions pour le trimestre, soit une amélioration de 10 millions par rapport au premier trimestre.

« Le marché du bois d’œuvre a récemment été un point positif par rapport aux attentes pessimistes d’avril, grâce à la force du marché de la réparation et de la rénovation et à l’augmentation du nombre de mises en chantier résidentielles, facteurs pouvant nous permettre de remettre en service certaines installations de production canadiennes dont les activités avaient été interrompues », a déclaré le chef de la direction.

Les volumes expédiés ont augmenté de 78 millions de pieds mesure de planche en raison notamment de la capacité accrue, enregistrée pour un trimestre complet, des scieries américaines acquises le 1er février.

« Nous sommes satisfaits du déroulement de l’intégration de nos scieries américaines récemment acquises, dont les perspectives nous réjouissent », a dit M. Laflamme.

Si les perspectives demeurent difficiles pour la plupart des secteurs, Résolu continue de miser sur les papiers tissus pour se diversifier.

« Nous continuons à nous efforcer d’optimiser notre portefeuille de clients dans le secteur Papiers tissus, en particulier dans le segment de la vente au détail […]. Nous nous attendons à continuer sur notre lancée au cours des prochains trimestres », a déclaré M. Laflamme.

Le secteur a tout de même enregistré une perte d’exploitation de 2 millions pour le trimestre, comparativement à un bénéfice d’exploitation de 2 millions pour le trimestre précédent.

Du côté de la pâte commerciale, les volumes expédiés ont diminué de 45 000 tonnes métriques. Il y a notamment eu baisse de la demande de pâte kraft blanchie à base de fibres recyclées.

Résolu détient ou exploite environ 40 installations aux États-Unis et au Canada, et ses produits sont vendus dans environ 70 pays.