(Saskatoon) Cameco a déçu les analystes en dévoilant mercredi une perte de 53 millions pour son deuxième trimestre, malgré une croissance de 35 % de ses revenus.

La Presse canadienne

Le producteur d’uranium de Saskatoon a indiqué avoir perdu 13 cents par action pour le trimestre clos le 30 juin, ce qui se comparait à une perte de 6 cents par action, ou 23 millions, à la même période l’an dernier.

Le chef de la direction de Cameco, Tim Gitzel, a indiqué que la fermeture proactive des activités en raison de la pandémie de COVID-19 avait entraîné l’inscription de coûts additionnels de 37 millions au plus récent trimestre, et augmenté l’exposition de l’entreprise au marché au comptant pour l’offre d’uranium.

La perte ajustée s’est chiffrée à 65 millions, soit 16 cents par action, alors qu’elle avait été de 18 millions, ou 4 cents par action, l’an dernier.

Les revenus ont augmenté à 525 millions, comparativement à ceux de 388 millions du même trimestre l’an dernier.

Les analystes s’attendaient à ce que Cameco affiche une perte ajustée de 5 cents par action, à partir de revenus de 400,4 millions, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

« Nous nous attendons à ce que nos activités soient résilientes. Nos consommateurs continuent à avoir besoin d’uranium pour alimenter l’électricité nucléaire sans carbone qui fera partie de l’infrastructure critique nécessaire pour s’assurer que les hôpitaux, les installations de soins et d’autres services essentiels soient disponibles pendant cette pandémie », a affirmé M. Gitzel.

Cameco prévoit redémarrer les activités de son installation Cigar Lake au début septembre, après environ six mois d’inactivité. Elle ne sera cependant pas en mesure de récupérer la production perdue pendant la pandémie.