Le studio montréalais de Xbox Game Studios prend de l’expansion et s’installera avenue Atwater, au centre-ville, a appris La Presse. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour le quartier des affaires qui vit un été pénible alors qu’il est déserté en raison de la pandémie de COVID-19.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Portant le nom de Compulsion Games, le studio est dirigé par Guillaume Provost, 43 ans. Créée en 2009, la société est célèbre pour son jeu We Happy Few. Elle a été rachetée par le géant américain en 2018 pour un montant qui n’a pas été divulgué.

La division des jeux vidéo de l’entreprise cofondée par Bill Gates fonctionne tant avec des studios internes qu’avec des studios externes. Compulsion est l’un de ses sept studios externes. « Depuis le rachat, nous avons gardé notre autonomie et notre identité », assure M. Provost, dans un entretien.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Guillaume Provost, directeur de création chez Compulsion Games

Actuellement installée dans l’Édifice RCA, rue Lenoir, dans Saint-Henri, Compulsion montera la côte pour s’établir à Westmount. Elle loue le sixième étage du 1100, Atwater, un nouvel immeuble de bureaux de 175 000 pi2 aménagé par la société Kevric, gestionnaire de la Place Bonaventure.

Le 1100, Atwater est l’ancien centre de données de la Banque Royale, situé près du boulevard Dorchester.

Le déménagement est prévu en décembre prochain ou en janvier 2021, précise M. Provost, à moins que la situation sanitaire ne l’empêche.

Compulsion profite du changement d’adresse pour grandir. L’effectif passera de 60 à 90 personnes, d’ici les 18 prochains mois. Les employés ne seront pas à l’étroit, puisque la superficie louée est assez grande pour loger 120 travailleurs et plus.

Le dirigeant du studio montréalais ne prévoit pas de difficulté à recruter sa nouvelle équipe malgré la forte concurrence du milieu. « Nous offrons une ambiance de travail de type familial tout en étant appuyés par la force de frappe financière d’une multinationale. » Environ 35 % de la main-d’œuvre chez Compulsion provient de l’extérieur de la province.

2K et son studio Cloud Chamber y seront aussi

Microsoft n’est pas le seul locataire ayant signé un bail au 1100, Atwater. Leader mondial du divertissement interactif, 2K occupera les 28 000 pi2 du 5e étage. L’arrivée à Montréal de la société américaine avait été annoncée par Montréal International et Investissement Québec en décembre dernier. L’objectif est de créer de 150 à 200 emplois à terme.

Son studio Cloud Chamber y développera un nouveau chapitre de la franchise BioShock.

2K appartient à Take-Two Interactive Software, de New York. Chef de file dans le développement, l’édition et le marketing de divertissement interactif pour les consommateurs de jeux mobiles, Take-Two est cotée au NASDAQ.

Autre étage, autre locataire, la firme d’effets visuels oscarisée Pixomondo ouvrira un studio au premier étage de l’immeuble de la société Kevric. Une centaine de travailleurs devrait occuper les locaux d’une superficie de 15 000 pi2.

Au moment de l’annonce officielle de sa venue en novembre 2018, on parlait de la création de 180 emplois en trois ans.

Pixomondo est un leader dans le repérage virtuel permettant aux cinéastes de visiter des lieux de tournage, de sélectionner des prises de vue et de diriger des personnages durant une capture de mouvements à partir d’un environnement virtuel.

Le nouveau studio représente le huitième bureau satellite de Pixomondo et s’ajoute à un réseau mondial qui, outre le siège social de Los Angeles, compte des installations à Toronto et Vancouver, à Francfort et Stuttgart, ainsi qu’à Pékin et Shanghai.

Les autres occupants du 1100, Atwater sont Vins Philippe Dandurand, qui occupera les deuxième et septième étages ; la firme de simulation en ingénierie Maya HTT (Heat Transfer Technologies), qui a jeté son dévolu sur le 3e étage ; et le DKarl Schwarz, qui ouvrira une clinique au 4e étage.

« Nous sommes pas mal fiers du groupe de locataires que nous avons attiré au 1100, dit au téléphone Sébastien Hylands, vice-président, développement, chez Kevric. Nous avons des multinationales qui prennent de l’expansion, des entreprises étrangères qui s’installent à Montréal pour la première fois, des institutions locales comme Vins Philippe Dandurand, une firme d’ingénieurs de Montréal ayant 30 ans d’existence et une clinique au service de la collectivité. »

Kevric a payé 10 millions pour acquérir le centre de données en 2017. Elle reste discrète sur la somme investie dans sa conversion en immeuble de bureaux.