(New York) La banque d’affaires américaine Morgan Stanley a largement dépassé les attentes au deuxième trimestre en dégageant des recettes et des bénéfices record grâce à son intense activité sur les marchés financiers et dans la banque d’investissement.  

Agence France-Presse

Alors que les grands établissements comme JPMorgan Chase, Bank of America ou Citigroup, ont pâti sur la période de l’impact de la pandémie de COVID-19, qui les a forcé à mettre de côté des milliards de dollars pour faire face aux futurs impayés de leurs clients, Morgan Stanley est restée assez protégée puisque elle ne propose pas de prêts au grand public.  

Comme la banque d’affaires Goldman Sachs, Morgan Stanley a en revanche profité à fond de la forte volatilité sur les marchés depuis le début de l’année et des milliers de milliards injectés par la banque centrale américaine pour garantir la stabilité des marchés et prêter de l’argent aux entreprises.

Le bénéfice net de l’établissement à grimpé de 50 % pour atteindre 3,05 milliards de dollars.  

Rapporté par action et hors élément exceptionnel, la référence à Wall Street, le bénéfice s’est élevé à 1,96 dollar, soit bien plus que les 1,12 dollar anticipé par les analystes.  

Le chiffre d’affaires de Morgan Stanley s’est de son côté apprécié de 31 % à 13,41 milliards de dollars.  

« La transformation de nos activités depuis une décennie était destinée à nous apporter de la stabilité pendant des périodes d’intense stress », a commenté le patron de la banque James Gorman dans le communiqué. « Ce deuxième trimestre a testé notre stratégie et nous avons très bien fonctionné, en générant des résultats record », s’est-il félicité.  

Le chiffre d’affaires de la banque d’investissement a augmenté de 39 % grâce à la préparation pour les entreprises de nombreuses levées de fonds sur le marché des actions comme sur le marché obligataire.  

Celui des activités de courtage a bondi de 68 %, porté notamment par les recettes générées par le trading sur le marché obligataire qui ont presque triplé.  

Le chiffre d’affaires de l’activité de gestion de fortune a de son côté progressé de 6 %.

A Wall Street, l’action de Morgan Stanley reculait de 0,08 % dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance officielle.