Innergex, qui disait avoir deux acquisitions dans sa ligne de mire au moment où Hydro-Québec y a investi 661 millions de dollars en février, vient de conclure la deuxième. Elle met la main sur une participation majoritaire dans six parcs éoliens situés en Idaho, aux États-Unis, en échange de 77,3 millions.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Les six parcs regroupant chacun dix éoliennes sont contigus et situés dans le comté d’Elmore, non loin de Boise, la capitale de l’État. Ils disposent chacun d’une puissance installée de 23 mégawatts, pour un total de 138 MW, et d’un contrat pour la vente de la totalité de leur production des 12 prochaines années à l’Idaho Power Company.

Innergex a mis la main sur la totalité des actions de catégorie B, soit 62,25 % de toutes les actions, du regroupement des six parcs, appelé Mountain Air. C’est l’assureur MetLife qui conservera les 37,75 % restants. Innergex débourse 56,8 millions US. La valeur totale de l’entreprise acquise est estimée à environ 200 millions US, compte tenu de sa dette de 111 millions.

Mis en service en 2012, les parcs éoliens acquis par Innergex en arrivent à la phase de leur cycle de vie durant laquelle ils généreront le plus de liquidités, explique le président et chef de la direction d’Innergex, Michel Letellier. Les aides fiscales fédérales américaines pour l’énergie renouvelable sont avantageuses pour les producteurs, mais réduisent les liquidités disponibles lors de la première décennie d’exploitation.

« En ce moment, ils dégagent des liquidités assez élevées. Elles vont possiblement baisser à la fin des contrats, dans une douzaine d’années, mais les nouveaux projets sur lesquels nous travaillons actuellement vont alors arriver à l’époque où ils en dégagent plus. C’est une façon pour nous d’équilibrer notre portefeuille. »

L’entreprise québécoise avait amorcé des discussions avec le propriétaire de ces parcs, Terna Energy, avant que la COVID-19 ne se manifeste. Un de ses employés est un ancien de Terna, ce qui a préparé la voie à des discussions directes et évité un processus plus formel dans un marché où la concurrence est forte pour l’achat de ce type d’actifs.

« Est-ce qu’on a eu un meilleur prix ? C’est difficile à dire », dit M. Letellier. Mais pour Terna, Innergex présentait aussi l’avantage d’être capable de procéder même en cette période difficile et d’être déjà présente en Idaho, ce qui a facilité les vérifications préalables.

Innergex prévoit toucher des liquidités d’environ 6,1 millions US par année pour sa participation au projet, dont le bénéfice d’exploitation est estimé à 21,1 millions US pour 2021. Le facteur d’utilisation des éoliennes de ces six parcs est d’environ 30 %.

Au moment d’accueillir Hydro-Québec comme actionnaire principal (19,9 %), en février dernier, Innergex avait indiqué vouloir utiliser le produit de la transaction pour, entre autres, procéder à deux acquisitions déjà en cours de discussions, au Chili et aux États-Unis. L’achat d’un parc solaire de 68 MW au Chili a été annoncé en mai dernier. Parce qu’elle n’a acquis que les actions de catégorie B de Mountain Air, Innergex a dépensé moins que prévu et la différence pourra être affectée « à d’autres opportunités », indique le communiqué de l’entreprise.