(New York) La banque américaine Wells Fargo a enregistré une perte nette de 2,4 milliards de dollars au deuxième trimestre après avoir mis de côté 8,4 milliards de dollars pour se protéger face à une situation bien pire que prévu à cause de la pandémie.

Agence France-Presse

Pour économiser les liquidités, la banque a aussi annoncé qu’elle réduisait à 10 cents par action son dividende au troisième trimestre contre 51 cents au second.

La perte par action est ressortie à 66 cents au deuxième trimestre et le titre abandonnait presque 4 % lors des transactions précédant l’ouverture officielle de Wall Street.

La perte par action est plus de trois fois supérieure aux attentes des marchés (-20 cents) et le chiffre d’affaires de 17,8 milliards de dollars a aussi déçu. Wall Street espérait 18,4 milliards de dollars.

Le directeur général Charlie Scharf a souligné que les conditions et les perspectives économiques s’étaient largement dégradées depuis le dernier trimestre.

« Nous sommes extrêmement déçus, aussi bien par nos résultats au deuxième trimestre, que par notre intention de réduire notre dividende », a-t-il réagi, cité dans un communiqué.

« Nous pensons que la durée et la sévérité de la crise économique ont considérablement augmenté par rapport à ce que nous avions prévu le trimestre précédent, ce qui nous a conduits à faire des provisions supplémentaires de 8,4 milliards de dollars pour les ajouter à nos réserves contre les pertes sur crédits au deuxième trimestre », a-t-il ajouté.