Dans un geste appuyant les dires de son grand patron qui soutient depuis plusieurs mois que l’action de Fiera Capital est sous-évaluée, le gestionnaire d’actifs montréalais a fait connaître lundi son intention de racheter à des fins d’annulation jusqu’à 2 millions d’actions, l’équivalent d’environ 2 % de celles en circulation.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Ce n’est pas la première fois de son histoire que Fiera Capital implante une telle initiative, mais l’entreprise n’a racheté aucune action au cours de la dernière année.

Même s’il perçoit le nouveau programme de rachat d’actions de façon positive, l’analyste Gary Ho, chez Valeurs mobilières Desjardins, s’en étonne.

« Je ne m’attendais pas à une telle annonce », indique-t-il dans une note envoyée à ses clients.

Au cours boursier actuel, le rendement du dividende associé à l’action de Fiera Capital dépasse la barre des 9 %, un niveau relativement élevé qui alimente la spéculation quant à savoir s’il est soutenable.

« Bien qu’un rachat de 2 millions d’actions ne semble peut-être pas significatif (c’est-à-dire une valeur d’un peu moins de 20 millions de dollars au cours actuel), le geste démontre la confiance des dirigeants envers le niveau d’endettement et le maintien du dividende actuel, deux préoccupations importantes pour les investisseurs », soutient Gary Ho.

La tourmente boursière du mois de mars avait fait chuter l’action de Fiera Capital à un niveau tel que le rendement du dividende dépassait la marque des 15 % à un certain moment.

En entrevue avec La Presse à l’automne, le président du conseil d’administration et chef de la direction de Fiera, Jean-Guy Desjardins, avait qualifié de ridicule l’évaluation de Fiera Capital sur les marchés boursiers. Le titre valait alors 10 $.

L’action de Fiera Capital a clôturé à 9,13 $ lundi à la Bourse de Toronto.

Jean-Guy Desjardins a par ailleurs acheté un bloc de 48 000 actions de Fiera Capital la semaine dernière. Il avait aussi acheté un important bloc d’actions au printemps.

Le programme de rachat d’actions débute cette semaine et se terminera au plus tard dans un an.

Le conseil d’administration de Fiera estime que le rachat d’actions représente un « investissement responsable ».

L’actif sous gestion de Fiera Capital s’élevait à 158,1 milliards en date du début d’avril. Il était de 170 milliards en début d’année.

Des modifications à la structure organisationnelle ont été annoncées le mois dernier par la direction. Une charge d’une vingtaine de millions de dollars liée aux indemnités de départ et à cette restructuration sera inscrite dans les prochains résultats trimestriels de Fiera, qui seront présentés le 14 août.