(New York) Fragilisée par la pandémie de coronavirus, American Airlines va supprimer 30 % des emplois de cadres et envisage également une réduction de la voilure dans les rangs des pilotes et des personnels navigants, selon un document interne consulté jeudi par l’AFP.

Agence France-Presse

Cette nouvelle cure d’austérité va affecter quelque 5100 postes sur les 17 000 emplois de cadres que recense actuellement la compagnie aérienne.

Elle s’ajoute à un plan de départs volontaires en cours, que 39 000 salariés sur les 100 000 que compte l’entreprise ont déjà accepté, écrit dans le document Elise Eberwein, une des dirigeantes d’American Airlines.

« Nous avons besoin de réduire nos coûts structurels, y compris les dépenses les plus importantes, c’est-à-dire les rémunérations et les avantages sociaux. Nous devons aussi nous préparer à opérer une compagnie aérienne plus petite à court terme », fait valoir Mme Eberwein.

American Airlines, comme l’ensemble du transport aérien mondial, a été touchée de plein fouet par la pandémie de coronavirus.

La compagnie a dû annuler quasiment tout son programme de vols face aux restrictions de voyage et au confinement pour limiter la propagation de la COVID-19.

Pour survivre, elle a obtenu une assistance financière de l’État fédéral sous la forme de prêts à taux très faibles. En contrepartie, la société s’est engagée, comme ses compatriotes et rivales, à préserver les emplois jusqu’au 30 septembre.

Dans cette optique, American Airlines précise dans le document que ces suppressions d’emplois ne seront effectives qu’à partir d’octobre même si les personnes concernées seront informées en juillet.

Elles peuvent décider de quitter leur poste dans le cadre d’un nouveau plan de départs, dont le guichet est déjà ouvert et sera fermé le 10 juin. Si l’objectif des 30 % n’était pas atteint, la compagnie aérienne procédera à des licenciements secs.

American Airlines envisage également de supprimer des emplois de pilotes et de personnels navigants pour aligner leurs effectifs respectifs sur son programme de vols qui a fondu.

Elle promet des annonces spécifiques dans les « prochaines semaines », après discussions avec les syndicats.

« Nous serons une compagnie plus petite, avec moins de lignes et moins de vols », insiste Elise Eberwein.

Outre American Airlines, Delta Air Lines et United Airlines ont déjà prévu d’annoncer  des suppressions d’emplois à l’automne.

United va notamment supprimer 30 % d’emplois de cadres et travaille encore sur le nombre de pilotes et de personnels navigants qui seront forcés à quitter la compagnie aérienne.