L’incendie qui a frappé l’importante usine de fabrication de composantes aéronautiques de Bombardier à Belfast, dimanche soir, n’aura que des conséquences « minimes » sur la production, a assuré lundi l’entreprise.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

La vue des flammes avait suscité des craintes à la fois pour l’avenir de Bombardier, puisque l’usine doit bientôt faire l’objet d’une importante vente, et celui d’Airbus Canada, puisque l’installation fabrique les ailes de l’A220.

« Bien que certaines machines et une partie du toit soient endommagées, aucune structure d’avion ou chaîne de montage d’aérostructure n’a été endommagée », a indiqué lundi matin un porte-parole.

« Après des inspections de sécurité approfondies, le travail a repris normalement dans d’autres zones de l’usine. Nous travaillerons avec nos clients et nos fournisseurs pour répondre à tout problème de production, mais nous sommes confiants que l’impact sur les livraisons clients sera minime. »