Aimia a réalisé mercredi sa plus grande opération à ce jour dans le cadre de sa nouvelle stratégie en tant que société de portefeuille d’investissement, s’emparant d’une participation de 10 % dans l’une des plus grandes sociétés de publicité extérieure de Chine.

Christopher Reynolds
La Presse canadienne

L’entreprise montréalaise a annoncé mercredi qu’elle avait investi environ 75 millions dans Clear Media, continuant ainsi de s’éloigner du secteur des programmes de fidélisation, son ancienne spécialisation, dans la foulée de la vente, l’an dernier, des activités d’Aéroplan à Air Canada pour 516 millions.

Aimia a décidé d’essaimer ses activités de programmes de fidélisation, qui ont perdu 27,1 millions au plus récent trimestre, dans le cadre d’une fusion avec Kognitiv Corporation, annoncée le 29 avril. La société a aussi apporté des modifications à son conseil d’administration, et remplacé son chef de la direction au terme d’une année particulièrement tumultueuse marquée par des litiges entre actionnaires.

Clear Media se décrit comme le plus grand exploitant d’annonces d’abribus en Chine, avec plus de 57 000 panneaux dans 25 villes. Établie à Hong Kong et inscrite à la cote de la Bourse, la société n’a pas de dette et a généré un chiffre d’affaires de 286,3 millions et a enregistré une perte de 17,2 millions en 2019.

L’investissement d’Aimia précède une opération imminente qui verra l’actionnaire de contrôle Clear Channel Outdoor vendre sa participation de 50,9 % à Ever Harmonic Global, qui à son tour est détenue à 40 % par le chef de la direction de Clear Media, Han Zi Jing, et à 30 % par Ant Financial, une société contrôlée par Jack Ma, cofondateur du géant chinois du commerce électronique Alibaba Group.

« Lorsque Jack Ma est impliqué […], soutenu par un consortium d’investisseurs de premier ordre et une équipe de gestion hautement qualifiée […] vous avez un accord auquel vous rêvez de participer en tant qu’étranger », a expliqué mercredi le chef de la direction d’Aimia, Phil Mittleman, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes.

Clear Media va probablement « fermer son capital », a-t-il ajouté.

« Je pense qu’ils veulent, en quelque sorte, hypercroître et faire ce qu’ils veulent sans avoir à s’occuper des dépenses et des divulgations liées au marché public », a-t-il expliqué.

La société mère de Clear Media a tenté de gagner des liquidités après avoir retiré ses prévisions et annoncé des mesures de réduction des coûts dans la foulée de l’épidémie de COVID-19 en Chine. Un tiers des 58,8 millions d’actions qu’Aimia a acquises dans la société étaient auparavant détenues par des clients de Mittleman Investment Management, dont Aimia a annoncé l’acquisition dans le cadre d’une transaction de 5 millions US qui soit encore être conclue.

« Nous avons cette occasion parce que Mittleman Brothers avait des actions. Et parce que d’autres personnes ont des actions qu’ils ne pouvaient pas détenir », a ajouté M. Mittleman.

Le cours de l’action d’Aimia a augmenté mercredi de 31 cents, soit plus de 13 %, pour clôturer à 2,65 $ à la Bourse de Toronto.

Perte au plus récent trimestre

Le mois dernier, Aimia a annoncé que son entreprise de solutions de fidélisation déficitaire se joindrait à la société technologique Kognitiv Corporation de Waterloo, en Ontario, pour former une nouvelle entité appelée Kognitiv. Aimia prévoit de transférer 400 de ses 420 employés, ainsi que 21 millions, à la société pour une participation de 49 %, après avoir mis à pied 30 travailleurs au dernier trimestre.

En mars, Aimia a signé un accord pour acheter son principal actionnaire (25,9 %) Mittleman Brothers LLC, une société d’investissement de New York dirigée par le nouveau chef de la direction d’Aimia et son frère Christopher, qui le rejoindra au conseil d’administration à la clôture de la transaction.

Aimia a affiché mercredi une perte de 9,6 millions, ou 14 cents par action, au premier trimestre, comparativement à un bénéfice de 1,05 milliard, ou 6,85 $ par action, il y a un an, lorsque ses résultats avaient été stimulés par la vente des activités d’Aéroplan à Air Canada.

Les revenus pour le trimestre clos le 31 mars ont totalisé 29,6 millions, alors qu’ils avaient été de 34,7 millions un an plus tôt.

Sur une base ajustée, la perte du plus récent trimestre a atteint 14 cents par action, par rapport à une perte de 5 cents par action au premier trimestre de l’année dernière.