(New York) Le groupe américain Kimberly-Clark a annoncé mercredi un gros bénéfice trimestriel, attribué à une forte demande pour les mouchoirs Kleenex, les papiers toilette Cottonelle et Scott ainsi que des couches pour bébé Huggies alimentée par les mesures de confinement pour endiguer la propagation de la COVID-19.

Agence France-Presse

Le bénéfice net a flambé de 45,4 % sur un an à 660 millions de dollars au premier trimestre, selon un communiqué.

Le chiffre d’affaires a augmenté de 8,1 % à 5 milliards de dollars, le groupe de produits d’hygiène de grande consommation profitant d’une hausse de ses volumes de ventes et d’une augmentation en moyenne de 1 % de ses prix.

La « hausse de la demande pour nos produits de la part des consommateurs […] se reflète dans nos résultats du premier trimestre », a souligné, dans un communiqué, le PDG Mike Hsu.

Il a ajouté que le groupe avait saisi cette occasion pour augmenter ses investissements afin d’accroître ses parts de marché.

Dans le détail, les ventes à taux de change et périmètre constants ont augmenté de 11 %, tandis que les volumes ont bondi de plus de 8 %.

Kimberly-Clark indique que la pandémie de COVID-19, maladie causée par le nouveau coronavirus, a poussé les consommateurs à se ruer vers les rayons des supermarchés et vers les plateformes de commerce en ligne pour faire des stocks de papier toilette et de mouchoirs notamment.

Ce mouvement a été observé dans toutes les zones géographiques, a affirmé le groupe qui est présent dans plus de 80 pays à travers le monde.

Si elle est une des entreprises dont l’activité a été dopée par la crise sanitaire, Kimberly-Clark a néanmoins suspendu ses objectifs financiers annuels, en raison « d’un manque de visibilité et des incertitudes entourant la pandémie ainsi que ses effets sur l’économie mondiale ».

Fin janvier, la société espérait une progression de 1 % de son chiffre d’affaires en 2020. Celui-ci était de 18,5 milliards de dollars en 2019.