(New York) United Airlines, frappée de plein fouet par la pandémie de COVID-19 à l’instar de ses concurrentes, a annoncé lundi une perte d’exploitation de 2,1 milliards de dollars au 1er trimestre et indiqué qu’elle avait 6  milliards de dollars de trésorerie au 16 avril.

Agence France-Presse

Dans un document déposé auprès du gendarme de la Bourse, la compagnie aérienne a aussi indiqué qu’elle comptait emprunter jusqu’à 4,5 milliards de dollars au Trésor dans le cadre du plan de sauvetage du transport aérien adopté par le Congrès américain.

Comme les autres grandes du secteur aux États-Unis, United a aussi fait appel au programme de soutien à l’emploi lancé par l’administration Trump. United Airlines doit toucher 5 milliards de dollars dont 3,5 milliards sous forme d’aide et le restant sous forme de prêts sur 10 ans avec un taux d’intérêt de 1 % sur les 5 premières années et 2 % sur le reste de la maturité.

La tranche d’aide du Trésor est conditionnée par la préservation des emplois au moins jusqu’au 30 septembre.

La compagnie a aussi indiqué lundi que son chiffre d’affaires avait chuté de 17 % de janvier à mars par rapport à la même période de l’année précédente, à 8 milliards de dollars.

Les mesures de confinement, les interdictions d’entrées sur le territoire et le recours massif au télétravail ont fait brutalement chuter le transport aérien dans le monde entier.

United a aussi annoncé un accord passé le 17 avril avec Bank of China Aviation consistant à vendre à cette dernière six Boeing 787-9 et seize Boeing 737-9 MAX, pour ensuite les reprendre en leasing.  

Ces avions devaient être livrés en 2020.  

Le 737 MAX est cloué au sol depuis plus d’un an en attendant d’être recertifié par les autorités de régulation. L’appareil avait été interdit de vol en mars 2019, après deux accidents mortels ayant fait 346 morts.