Le gouvernement du Québec ne soutiendra pas financièrement les hôtes d’Airbnb qui ont perdu des revenus durant la crise de la COVID-19, comme le lui demande l’entreprise américaine qui suggère notamment de suspendre la taxe provinciale sur l'hébergement pendant un an.

Vincent Brousseau-Pouliot Vincent Brousseau-Pouliot
La Presse

Airbnb demande au gouvernement du Québec de créer des « programmes de soutien financier » pour les hôtes Airbnb qui ont vu leurs revenus chuter de façon importante durant la crise du coronavirus. Airbnb demande notamment au gouvernement de Québec de suspendre la taxe sur l'hébergement pendant un an, de créer un programme d'allégement de l'impôt foncier pour l'industrie touristique, et de s'assurer que les hôtes d'Airbnb soient admissibles au programme d'aide temporaire aux travailleurs annoncé par le gouvernement du Québec en mars dernier. Airbnb a effectué ces demandes au gouvernement du Québec à partir du 18 mars dernier, selon le Registre des lobbyistes.

Québec n’accédera pas aux demandes fiscales d’Airbnb pour ses hôtes. « Nous n’avons pas l’intention de mettre en place des mesures s’adressant spécifiquement à Airbnb et à ses hôtes », a indiqué par courriel le cabinet de la ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx.

Le géant mondial de l’hébergement se dit « préoccupé » par la situation financière des hôtes. « Nous sommes préoccupés pour les gens ordinaires qui dépendent du voyage et du tourisme pour leur gagne-pain. Nous avons identifié des mesures pour appuyer ces entrepreneurs et nous accueillons la conversation sur ces mesures ou d’autres mesures pour appuyer financièrement les opérateurs de location à court terme au Québec, les entrepreneurs de l’industrie du tourisme et les PME alors que les voyages à l’intérieur et à l’extérieur de la province [de Québec] sont arrêtés », a indiqué par courriel Alex Dagg, directrice des politiques publiques d’Airbnb au Canada.

25 millions US

À l’échelle mondiale, Airbnb a créé un fonds d’aide de 250 millions US pour compenser une partie des pertes financières subies par ses hôtes depuis le début de la crise du coronavirus.

Au Canada, les hôtes d’Airbnb ont généré des revenus de 1,2 milliard de dollars avec leurs locations en 2018, dont 259 millions au Québec.

Pour des raisons de santé publique, le gouvernement du Québec a notamment interdit la location de chalet durant la crise de la COVID-19. L’industrie du tourisme est arrêtée depuis le début de la crise du coronavirus. Les frontières sont notamment fermées.

Nouveau règlement en vigueur le 1er mai

En raison de la COVID-19, la plateforme de location de logements demande aussi au gouvernement du Québec de retarder l’entrée en vigueur du nouveau cadre réglementaire pour les hôtes d’Airbnb, qui devront obligatoirement avoir une attestation à titre d’établissement d’hébergement touristique à partir du 1er mai prochain. Le règlement a été adopté en novembre dernier.

La crise de la COVID-19 ne changera pas l’entrée en vigueur du règlement prévue le 1er mai, a indiqué le cabinet de la ministre du Tourisme du Québec.

En vertu de ce nouveau règlement, les hôtes de plateformes comme Airbnb devront afficher leur numéro d’attestation sur leurs plateformes de location.

Selon son mandat de lobbying, Airbnb suggère aussi à Québec de modifier les restrictions sur les locations à court terme dans la province afin de permettre aux hôtes d’Airbnb d’héberger à court terme, pendant la pandémie, des gens devant se placer en isolement ou des travailleurs de services essentiels comme la santé.

Des demandes aussi à Ottawa

Airbnb n’a pas seulement des demandes pour le gouvernement du Québec en lien avec la crise de la COVID-19 : l’entreprise veut aussi des allégements fiscaux et réglementaires de la part du gouvernement fédéral. Airbnb veut notamment que ses hôtes ne soient plus tenus, de façon temporaire, de verser la TPS sur leurs revenus dépassant 30 000 $, selon une lettre envoyée à plusieurs ministres du gouvernement Trudeau et obtenue par Radio-Canada.

Airbnb suggère aussi à Ottawa de baisser son taux d’imposition, de reporter d’un an le paiement de la TPS et de rendre les hôtes Airbnb admissibles à l’assurance-emploi. Le gouvernement Trudeau n’a pas indiqué s’il accéderait ou pas aux demandes d’ordres financier et réglementaire d’Airbnb.