(New York) Le géant du commerce en ligne Amazon affirme avoir créé son propre laboratoire pour tester ses employés américains au nouveau coronavirus, sur fond d’inquiétudes croissantes sur leur santé.

Agence France-Presse

Le groupe, qui employait 750 000 personnes au début de l’année dans le monde entier avant de gonfler ses effectifs pour répondre à la flambée de la demande, a affirmé avoir renforcé ses moyens pour réaliser des dépistages.

« Des employés d’Amazon avec différents savoir-faire – chercheurs scientifiques, chefs de programme, spécialistes en approvisionnement, ingénieurs en informatique – ont mis en suspens leur emploi quotidien pour rejoindre une équipe consacrée à cette initiative », a indiqué le groupe dans un post de blogue jeudi soir.

« Nous avons commencé à assembler l’équipement nécessaire pour construire notre premier laboratoire et nous espérons bientôt commencer à tester un petit nombre de nos employés en relation directe avec le public », a-t-il ajouté.

Amazon a dit avoir pris cette décision en raison d’une pénurie de tests permettant de confirmer les infections et par crainte que des employés asymptomatiques ne propagent la maladie.

« Si chaque personne, y compris les gens sans symptôme, pouvait être testée régulièrement, cela ferait une énorme différence dans la façon dont nous combattons ce virus », a estimé Amazon.  

« Ceux qui sont déclarés positifs pourraient être mis en quarantaine et on pourrait s’occuper d’eux, et tous ceux qui sont testés négatifs pourraient réintégrer l’économie avec confiance », a suggéré le géant de Seattle.

Des cas d’employés positifs à la COVID-19 ont été recensés dans plusieurs entrepôts d’Amazon. En réaction, des employés du groupe ont organisé des manifestations et des débrayages pour réclamer un renforcement de la sécurité.

PHOTO PAUL SANCYA, AP

À Romulus, au Michigan, des employées ont protesté pour obtenir un renforcement de la sécurité, ne sentant pas qu’elles étaient assez protégées par Amazon contre les risques d’infection de la COVID-19.

Amazon a commencé à mesurer la température de ses employés et à leur distribuer des masques la semaine dernière.

Les contrôles de température pourraient être étendus à l’ensemble du réseau Amazon aux États-Unis et en Europe, notamment la chaîne de supermarchés Whole Foods Market.

En mars, le groupe dirigé par Jeff Bezos a dit vouloir employer 100 000 personnes et investir 350 millions de dollars pour aider ses employés et ses partenaires durant la pandémie.