Hydro-Québec n’a pas l’intention de réduire ses tarifs d’électricité pour aider ses clients à traverser la crise, comme l’Ontario a décidé de le faire.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

« Ce n’est pas une avenue qu’on privilégie », indique le porte-parole Cendrix Bouchard, qui rappelle que la société d’État a déjà annoncé des mesures pour aider ses clients qui feront face à des difficultés de paiements.

Selon le Globe & Mail, le gouvernement de l’Ontario annoncera aujourd’hui une réduction des tarifs d’électricité pour les familles et les petites entreprises pour une période d’au moins 45 jours.

Le tarif sera réduit à 10,1 cents le kilowattheure, ce qui devrait faire économiser 20 $ par mois aux familles ontariennes. Au total, cette mesure devrait coûter 162 millions.

Hydro-Québec souligne que les tarifs d’électricité du Québec sont déjà 30 % plus bas que ceux de l’Ontario, une fois réduits. Le tarif moyen du secteur résidentiel est de 7,3 cents le kilowattheure. « Notre stratégie dans le contexte du coronavirus est de favoriser les gens qui auront des difficultés à payer leurs factures », a ajouté le porte-parole d’Hydro.

De plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer une baisse des tarifs d’électricité ou même un congé de paiement pour les clients d’Hydro-Québec. À ceux qui s’inquiètent que leur facture pourrait exploser en raison du confinement à la maison, Hydro rappelle que la consommation résidentielle a légèrement augmenté de seulement 2 % depuis le début des mesures de confinement et qu’il ne faut pas craindre une hausse brutale de la facture maintenant que la période des grands froids est passée.

Les écrans de tablettes, de téléphones et d’ordinateurs qui sont maintenant actifs en permanence dans la plupart des foyers québécois ne sont pas trop énergivores. Un ordinateur portable qui fonctionnerait pendant 30 heures consommerait un kilowattheure, a calculé Hydro-Québec.