Les grands épiciers canadiens ont tenté de rassurer leurs clients, mardi, en affirmant que leurs magasins ne manqueraient pas d’aliments ou de fournitures essentielles en cette période d’épidémie de coronavirus – même si certains produits en particulier pourraient mettre plus de temps avant de réapparaître sur les tablettes.

Aleksandra Sagan
La Presse canadienne

« Bien sûr, le problème est que nous constatons une demande de proportions historiques dans nos magasins – jamais vu auparavant », a expliqué Michael Medline, chef de la direction d’Empire, lors d’une entrevue.

Empire détient notamment les enseignes Sobeys et IGA au Canada.

Au cours de ses 113 années d’existence, l’entreprise n’a jamais connu un tel afflux de clients, a écrit M. Medline dans une lettre ouverte aux clients, datée de lundi.

Les Canadiens ont afflué dans les épiceries ces derniers jours pour s’approvisionner en nourriture et en fournitures alors que le pays enregistrait plus de cas de coronavirus. Les photos de magasins bondés de clients et d’étagères vides ont été nombreuses à circuler sur les réseaux sociaux.

« Il y aura des pénuries dans chaque épicerie, dans différentes catégories, sur une base quotidienne, car la demande est supérieure à toute façon dont nous pourrions éventuellement augmenter notre offre », a observé M. Medline.

Mais le personnel de l’entreprise travaille avec les fournisseurs pour obtenir de nouveau les produits temporairement en rupture de stock et garder les étagères pleines.

« Nous roulons à des niveaux que nous n’aurions jamais cru possibles », a-t-il affirmé.

Dans certains cas plus efficaces, les fournisseurs de l’entreprise transportent leurs produits directement dans les magasins plutôt que dans les centres de distribution d’Empire.

« La chaîne d’approvisionnement alimentaire de ce pays fonctionne mieux qu’elle ne l’a jamais fait auparavant, car c’est une crise. »

Le plus grand épicier du Canada, les Compagnies Loblaw, propriétaire des chaînes Loblaw et Provigo, a également envoyé une lettre aux membres de son programme de fidélisation, leur recommandant de ne pas s’inquiéter.

« Nous ne manquons pas de nourriture ou de fournitures essentielles », a écrit le chef de la direction, Galen Weston, ajoutant que la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise et ses équipes en magasins travaillent pour remettre les produits les plus importants sur les rayonnages, même si les délais pourraient être plus longs pour certains de ces produits, comme le désinfectant pour les mains.

« Les volumes se normalisent déjà quelque peu, et nous rattrapons notre retard », écrit-il.

L’entreprise prévoit également certaines éventualités, a ajouté une porte-parole de Loblaw, Catherine Thomas, afin de s’assurer qu’elle peut continuer à servir les Canadiens dans un certain nombre de scénarios possibles.

Metro, qui possède et exploite environ 950 épiceries et 650 pharmacies sous plusieurs enseignes, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Une lettre de son chef de la direction sur le site web de l’entreprise a indiqué qu’il prenait « les mesures nécessaires pour éviter autant que possible les pénuries de produits ».

Les magasins peuvent imposer aux clients une limite de deux produits pour les articles très populaires, a précisé Eric La Flèche.

« Nos équipes des centres de distribution, des magasins, des pharmacies et de l’épicerie en ligne mettent tout en œuvre pour assurer la disponibilité des produits et répondre à la demande accrue récente. »

Sobeys et Loblaw affirment tous deux qu’ils ne feront pas augmenter les prix des produits pour profiter de la demande, et réservent une heure de magasinage spéciale pour les personnes âgées et les autres personnes à risque qui doivent faire leurs achats en personne, afin qu’elles puissent le faire sans se retrouver dans une foule plus large.

Ceux qui le peuvent devraient rester à la maison, a indiqué M. Medline, mais certains devront faire leurs achats en personne.

Empire demande à ses clients de respecter le fait que la première heure d’ouverture quotidienne de plusieurs de ses magasins sera désormais réservée aux personnes âgées et aux populations à risque.

Les clients de Loblaw devraient pour leur part vérifier auprès de leurs magasins locaux pour confirmer si cette heure réservée aux aînés s’intégrera aux heures d’ouverture existantes ou ajustées, a souligné Mme Thomas.

Les entreprises travaillent dur pour garder les aliments dans les rayons et offrir aux gens une expérience d’achat en toute sécurité.

« Nous n’aurions jamais pensé […] que les épiceries deviendraient des services essentiels […] de première ligne », a observé M. Medline, qualifiant son personnel, en particulier les caissiers, de « héros absolus » en cette période d’épidémie.