(New York) Le groupe de logistique FedEx a annoncé mardi de nouvelles mesures d’économies pour faire face à la pandémie du nouveau coronavirus, qui a paradoxalement augmenté la demande pour ses services tournés vers l’export.

Agence France-Presse

Invoquant des « incertitudes » dues à la crise sanitaire, FedEx a suspendu ses objectifs financiers pour l’exercice fiscal 2019-2020 devant se clôturer en mai, a-t-il indiqué dans un communiqué.

« Pour juguler ce vent contraire et mettre l’entreprise en route vers une croissance future des bénéfices, nous allons nous attaquer aux coûts, tout particulièrement tenter de maîtriser nos capacités », a déclaré Alan Graf, le directeur financier, cité dans le communiqué.

FedEx va commencer par retirer de sa flotte des vieux avions et les aéronefs les moins économes en carburant, diminuer les coûts de livraison des paquets aux particuliers en confiant à sa branche « FedEx Ground », livraison par route, tous les services de livraison à domicile, peu importe le prix payé par les clients.

Le PDG, Frederick Smith, indique, lui, que paradoxalement, FedEx a observé une « demande accrue » pour ses services de fret à l’international du fait des réductions de capacités par les compagnies aériennes.

« Nous sommes en bien meilleure position pour continuer à assister nos clients, qui essaient de gérer leurs chaînes d’approvisionnement et leurs stocks » face aux perturbations causées par le nouveau coronavirus, assure-t-il.

Lors du troisième trimestre de l’exercice fiscal 2019-2020 clos fin février, la perte d’Amazon comme client, une hausse des coûts d’assurance et d’expansion de ses services ont pesé sur la performance d’ensemble.

Le chiffre d’affaires a certes augmenté de 3 %, à 17,5 milliards de dollars, mais le bénéfice net a été divisé par plus de deux, à 315 millions.

Le bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence des investisseurs en Amérique du Nord, est ressorti à 1,41 dollar, inférieur au 1,43 dollar escompté en moyenne par les analystes.