(New York) Le géant du fast-food McDonald’s a annoncé mardi envisager plusieurs mesures pour aider ses franchisés affectés par la pandémie du nouveau coronavirus, et en particulier le report des paiements de leurs loyers, dans un document boursier.

Agence France-Presse

Cette crise sanitaire « a perturbé les activités des restaurants McDonald’s dans plusieurs marchés à travers le monde », souligne le groupe, précisant que des restaurants ont été fermés en Espagne et en Italie par exemple.

Aux États-Unis, une partie « substantielle » des restaurants McDonald’s ne font plus que de la livraison, à-emporter et en voiture (McDrive). C’est aussi le cas en France et au Canada.

Dans la plupart des pays, les restaurants, qui sont encore ouverts, ont réduit leurs horaires, ajoute McDonald’s.

Face à cette nouvelle donne, le groupe explique réfléchir à la meilleure façon d’aider ses franchisés, qui opèrent 90 % des restaurants McDonald’s à travers le globe.

« Nous travaillons avec les franchisés pour évaluer ce qui est faisable sur le plan opérationnel et comment les soutenir financièrement », déclare McDonald’s. « Un exemple (de cette aide potentielle) serait de reporter les paiements des loyers pendant cette période d’incertitudes », développe le groupe, qui cherche aussi à mettre en place un plan pour éviter une rupture de l’approvisionnement des restaurants encore ouverts.

Il est pour l’instant difficile d’évaluer l’impact financier de la pandémie sur les résultats, assure McDonald’s, qui promet une première estimation lors de la publication de la performance du premier trimestre en avril.

Environ 95 % des restaurants McDonald’s sont ouverts en Chine et une grande majorité l’est aussi au Japon, deux pays importants pour l’activité du groupe.