(New York) L’agence américaine de l’aviation (FAA) envisage d’exiger que Boeing déplace certains câblages électriques sur tous les 737 MAX avant de réautoriser l’appareil à voler, affirme dimanche le Wall Street Journal.

Agence France-Presse

Cette décision s’appliquerait aux près de 800 appareils déjà produits, ceux livrés au clients et ceux encore aux mains de Boeing, ce qui compliquerait encore le retour de l’avion dans le ciel, précise le quotidien économique.

La façon dont sont disposés certains câbles ne respecteraient pas, aux yeux de la FAA, les normes de sécurité destinées à éviter les courts-circuits, explique le Wall Street Journal.

« Dans des circonstances extrêmes, un problème de câblage pourrait conduire les systèmes de contrôle en vol à fortement tirer vers le bas le nez de l’avion », comme lors des deux accidents mortels sur des 737 MAX des compagnies Lion Air puis Ethiopian Airlines, écrit le quotidien.

Le régulateur pourrait, selon le Wall Street Journal, encore revoir sa décision après des discussions en interne ou en fonction de nouvelles données transmises par Boeing.

Dans un message transmis à l’AFP, la FAA affirme pour sa part qu’elle « continue à échanger avec Boeing » sur ce problème de câblage.

Le feu vert sera donné « seulement quand la FAA estimera que tous les problèmes de sécurité auront été réglés », ajoute le régulateur.

L’ensemble de la flotte de 737 MAX a été interdite de vol dans le monde quelques jours après l’accident d’un Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines qui a provoqué la mort de ses 157 occupants, le 10 mars 2019.

Comme dans le crash de Lion Air en Indonésie en octobre 2018, qui avait fait 189 morts, c’est le système anti-décrochage MCAS qui avait été mis en cause.

Boeing a confirmé être « en discussions constantes avec la FAA sur le problème des câbles ».

Mais « quelle que soit la décision finale sur ce sujet, nous prévoyons toujours un retour en service du MAX mi-2020 », a indiqué le groupe dans un message à l’AFP.

A quelques jours de la commémoration de la tragédie d’Ethiopian Airlines, les élus de la Chambre des représentants aux États-Unis ont conclu, dans un rapport préliminaire dévoilé vendredi, que le 737 MAX était un avion « fondamentalement défectueux et dangereux », qui démontrait la nécessité de réformer la législation et les réglementations relatives à la certification des avions de ligne.