Le producteur de cannabis Canopy Growth a annoncé une importante restructuration qui se traduira par le licenciement de 500 travailleurs, l’inscription d’une charge de plusieurs centaines de millions de dollars, la fermeture de deux serres et la fin d’un autre projet.

Tara Deschamps La Presse canadienne

L’entreprise établie à Smiths Falls, en Ontario, a expliqué, mercredi, dans un communiqué, que ces décisions étaient attribuables à un marché récréatif du cannabis qui se développement plus lentement « que prévu » au Canada ainsi qu’à des « défis de rentabilité dans l’industrie ».

L’entreprise derrière des marques comme Tweed, Spectrum Therapeutics, Tokyo Smoke et CraftGrow a souligné qu’elle devait ajuster sa production à la demande.

« Lorsque je suis arrivé chez Canopy Growth plus tôt cette année, je me suis engagé ce que nos activités répondent aux besoins de nos clients », a souligné le chef de la direction de la compagnie, David Klein, dans un communiqué.

La société a estimé que la charge avant impôt qu’elle enregistrera au cours du trimestre se terminant le 31 mars oscillera entre 700 millions et 800 millions. Canopy Growth mettra la clé sous la porte de ses serres de production situées à Aldergrove et Delta, en Colombie-Britannique. L’entreprise n’a plus l’intention d’ajouter un site de production à Niagara-on-the-Lake en Ontario.

Il y a environ un mois, Aurora Cannabis avait également annoncé l’élimination de 500 emplois dans le cadre d’une restructuration qui s’est accompagnée du départ de son chef de la direction Terry Booth et de la comptabilisation d’une charge de dépréciation de 800 millions.

Auparavant, Tilray avait dévoilé un plan pour licencier 10 % de son effectif pour réduire ses coûts, alors que Zenabis Global a éliminé 40 postes, principalement à son siège social de Vancouver.