Alors qu’ils attendent le feu vert des autorités fédérales sur son acquisition par Air Canada, les cinq plus hauts dirigeants du voyagiste Transat A. T. savent déjà qu’ils encaisseraient au moins 16,8 millions de dollars en indemnités et en rachat de titres découlant de leurs bonis antérieurs s’ils devaient quitter leur poste après le changement de contrôle de l’entreprise.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

C’est ce que l’on constate à la lecture dans la plus récente circulaire de la direction que Transat fait parvenir ces jours-ci à ses actionnaires. Il s’agit du principal document préparatoire à leur assemblée annuelle convoquée pour le 12 mars prochain à Montréal.

Et à défaut d’écueil significatif de la part des autorités fédérales, dont la décision conditionnelle est attendue en mai, cette assemblée annuelle d’actionnaires sera la dernière de l’histoire de Transat A. T. en tant qu’entreprise indépendante à capital ouvert en Bourse.

La conclusion de la transaction d’achat convenue en août 2019 à 18 $ par action, ou 720 millions en valeur totale, demeure prévue lors du 2e trimestre de 2020, qui se terminera le 30 juin.

Entre temps, quant aux indemnités des hauts dirigeants de Transat en cas de cessation de leur d’emploi après l’acquisition par Air Canada, on constate dans la circulaire qu’à lui seul, le président du conseil et chef de la direction, Jean-Marc Eustache encaisserait l’équivalent de 8,4 millions en compensation.

Ce montant comprend 5,5 millions en « indemnité de cessation d’emploi » et quelque 2,9 millions en rachat d’options et d’autres unités de capital de l’entreprise.

La valeur de ces indemnités et de ces rachats de titres parmi ses hauts dirigeants est calculée par Transat en date de sa plus récente fin d’exercice complet, soit le 31 octobre 2019.

Parmi les autres hauts dirigeants de Transat, le vice-président et chef de la direction financière, Denis Pétrin, serait admissible à 2,1 millions en indemnité et en valeur de rachats de titres ; la chef de l’exploitation, Annick Guérard, encaisserait l’équivalent de 2,65 millions ; le PDG de la filiale Air Transat, Jean-François Lemay, obtiendrait au moins 2 millions ; et le président de la division hôtelière de Transat, Jordi Solé, obtiendrait au moins 1,67 million.

>>> Consultez le profil boursier de Transat A. T.