La menace d’une grève des machinistes des aéroports Montréal-Trudeau et Mirabel a été ravivée, vendredi soir, par le rejet de l’entente de principe conclue juste avant Noël entre leur employeur, Swissport Canada, et leur syndicat. Les activités pourraient être perturbées le 1er janvier si la centaine d’employés chargés du ravitaillement des avions tombe en grève.

Janie Gosselin Janie Gosselin
La Presse

Les employés ont voté vendredi soir sur l’entente conclue le 22 décembre dernier, la rejettant à 90 %. La grève avait été évitée pour Noël, mais pourrait être effective pour le Nouvel An, puisque le syndicat doit donner un préavis de 72 heures pour la déclencher.

L’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA), qui représente les syndiqués, a indiqué dans un communiqué que les employés avaient jugé « le contenu de l’offre insuffisante ».

Dans un communiqué, Swissport Canada s’est dit « surpris et déçu » des résultats du vote, estimant avoir « rencontré la grande majorité des demandes du syndicat ».

Dimanche, l’organisation syndicale avait indiqué dans un communiqué qu’en cas de rejet de l’accord de principe, les parties reprendront les discussions de médiation avec la possibilité d’une grève effective le 1er janvier. « [Les travailleurs] veulent pouvoir faire leur travail de façon sécuritaire, avoir un revenu décent, une sécurité d’emploi et le respect de leur employeur. En ce moment ils sont convaincus que le seul moyen de l’obtenir c’est par un débrayage », a indiqué le président général du district 140 de l’AIMTA, Peter Tsoulakas, dans un communiqué.

Le dernier contrat de travail des syndiqués a expiré en août dernier. Les salaires et la conciliation travail-famille sont au cœur des principaux points en litige. D’après l’AIMTA, les travailleurs concernés gagnent en moyenne 16 $ de l’heure.

Le vice-président aux ressources humaines de Swissport Canada, Louis-Philippe Charland, avait laissé entendre que le comité syndical de négociation recommanderait à ses membres de ratifier l’entente, ce que le syndicat n’avait pas précisé plus tôt en journée vendredi. Aucune des parties n’a dévoilé le contenu de l’entente.


Swissport Canada est le seul fournisseur de carburant des compagnies aériennes aux deux aéroports. Les employés concernés sont les ravitailleurs d’aéronefs, mécaniciens aux installations de stockage de carburant, répartiteurs, employés-entretien ravitaillement et mécaniciens.  

En cas de grève, Swissport Canada pourrait faire appel à des cadres pour assurer le maintien de certaines activités. Il pourrait tout de même y avoir des impacts majeurs sur le service.

L’entreprise a indiqué sa volonté de poursuivre les négociations. « Les voyageurs, nos clients, nos partenaires et les autorités aéroportuaires peuvent être assurées que notre équipe consacrera tous ses efforts pour conclure une entente et continuer le service de ravitaillement pendant cette période achalandée, alors que nous retournons à la table de négociations », a fait savoir Swissport Canada dans un communiqué.  

La période des vacances des Fêtes est particulièrement achalandée à l’aéroport Montréal-Trudeau. Aéroports de Montréal s’attendait à accueillir chaque jour quelque 55 000 voyageurs durant ce moment de l’année.

— Avec La Presse Canadienne