Double choc financier pour les bières des microbrasseries Boldwin, Vagabond, Loop et des Cantons, produites dans la même usine de Boucherville. Leur distributeur criblé de dettes a fermé ses portes au pire moment de l’année, soit juste avant Noël. Résultat : une importante créance et des ruptures de stock dans les dépanneurs et des supermarchés.

Marie-Eve Fournier Marie-Eve Fournier
La Presse

« C’est le quart des revenus de l’année qu’il a fallu combler personnellement pour assurer la pérennité de l’entreprise et payer les salaires », a confié en entrevue Denis Bélair, l’un des quatre coactionnaires du Collectif Brassicole Ensemble, une PME regroupant quatre microbrasseries.

L’entreprise qui assure la livraison de ses produits dans 1200 dépanneurs et supermarchés à travers le Québec, Distribution Vieux Port (DVP), s’est placée à l’abri de ses créanciers le 7 novembre. Peu après, elle a complètement cessé ses activités. Une cinquantaine de personnes ont alors perdu leur travail.

« On a tout essayé jusqu’à la fin. On a eu des complications, nous a dit le propriétaire Nicolas Normandeau. C’est dommage. […] Je ne pensais pas me rendre là, mais à un moment donné, tu n’as pas le choix. » Il ne croit pas qu’il sera en mesure de relancer DVP en trouvant du nouveau financement.

L’homme d’affaires s’attend à mettre la clé sous la porte. L’équipement est à vendre.

« Ce n’était pas notre but de faire mal à de petits brasseurs », jure-t-il au bout du fil, visiblement ébranlé par les événements.

« Comme une jambette »

Cette déconfiture provoque son lot de « dommages collatéraux », déplore Denis Bélair, dont l’entreprise s’est ainsi retrouvée privée « de plus de 600 000 $ ». Il s’agit essentiellement des ventes de bière de septembre et d’octobre, soit « 100 % du chiffre d’affaires » de ces deux mois.

Et puis, fait-il valoir, « décembre est le plus gros mois de l’année, et ça prend plus d’un mois faire le tour du Québec » pour remplir les tablettes avec des quantités supérieures à la normale en prévision du temps des Fêtes. Donc, « le 11 novembre, c’était la pire date possible pour cesser les activités ! »

Résultat, des tablettes sont vides dans certains commerces, ce qui a un impact évident sur les ventes actuelles…

Denis Bélair parle d’une réduction de 50 % du chiffre d’affaires « pendant la période de désordre », qui devrait se terminer en janvier lorsque le nouveau distributeur sera bien en selle pour prendre le relais.

Pour le fonds de roulement, c’est majeur. C’est un gros trou. […] La microbrasserie n’est pas une industrie payante. C’est déjà un défi d’atteindre la rentabilité. On n’avait pas besoin de ça. C’est comme une jambette.

Denis Bélair, l’un des quatre coactionnaires du Collectif Brassicole Ensemble

Deux bières importées ont aussi été forcées de se trouver un nouveau distributeur, la néerlandaise Grolsch et l’italienne Peroni.

Impacts pour l’eau Eska

Les déboires de DVP ont par ailleurs des répercussions sur la distribution de l’eau de source Eska.

De fait, DVP embouteillait depuis 2018 l’eau Eska dans des contenants de 18 litres et 11 litres grâce à un investissement « de plus de 5,9 millions » dans une usine conçue exprès pour cette activité.

Cela avait permis à l’entreprise de l’Abitibi-Témiscamingue de s’attaquer à un tout nouveau marché, celui des grosses cruches réutilisables. DVP en assurait la distribution dans les supermarchés et les édifices de bureaux. Ce créneau représentait 8 % du volume d’eau Eska vendu.

L’usine d’embouteillage a cessé ses activités, faute de fonds. Eska dit avoir étudié l’idée de la racheter, mais a conclu ne pas être en mesure de le faire « à court terme ». Des solutions sont recherchées.

« On a l’ambition de revenir dans ces formats », affirme Michel McArthur, vice-président aux opérations d’Eska, précisant que tous les autres types de bouteilles ne sont nullement touchés.

Selon le rapport du syndic responsable du dossier, Raymond Chabot, il appert que les problèmes financiers de DVP ont justement été provoqués par la mise en place de cette chaîne d’embouteillage. « Malgré ces investissements », l’exercice 2018 s’est soldé par une perte avant impôts de près de 900 000 $, tandis que les neuf premiers mois de l’année 2019 ont engendré une perte de 1,1 million, y est-il écrit.

« C’est écologique. Ça avait du sens. Je voyais ça d’un bon œil », raconte Nicolas Normandeau. Mais la logistique était plus complexe et coûteuse que prévu, étant donné qu’il fallait rapporter les bouteilles vides à l’usine. « C’est deux fois plus de transport, de manutention et d’espace dans l’entrepôt. »