Quelques jours après l’annonce du départ de son père et de son oncle à la tête de Power Corporation, Paul Desmarais III s’est fait rassurant sur l’avenir de l’entreprise, affirmant vouloir viser davantage le marché européen.

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

Lors d’une allocution à Montréal, mercredi, il a vanté la vitalité des fonds détenus par l’entreprise familiale. Le petit-fils de Paul Desmarais est vice-président de Power Corporation en plus de présider plusieurs de ses fonds d’investissement.

L’homme d’affaires souhaite investir davantage en Europe dans les prochaines années, notamment grâce au fonds Portag3, détenu par Power Corporation. « La géographie qui nous intéresse le plus en ce moment est probablement l’Europe », a-t-il expliqué. La raison : une régulation qui permet aux entreprises de technologies financières de se développer plus rapidement.

L’ouverture des systèmes bancaires européens et la grande taille du marché sont d’autres arguments justifiant un investissement outre-Atlantique, selon M. Desmarais.

Actuellement, Portag3 partage également ses capitaux entre le Canada, les États-Unis et l’Europe. 

Le fonds a annoncé début décembre avoir obtenu un financement de 427 millions. L’argent provient d’investisseurs comme la Caisse de dépôt et placement, la Banque Laurentienne et Industrielle Alliance. 

D’autres projets

Les fonds détenus par Power Corporation ont permis de mettre sur pied Dialogue, plus importante entreprise de télémédecine au pays, a exposé M. Desmarais. Cette entreprise a récolté 53,5 millions de dollars de financement à ce jour. 

Investir au Canada nécessite une grande prudence, selon M. Desmarais. « Est-ce que le marché est assez gros ? Est-ce qu’on est capable de créer un leader [dans son domaine] ? Est-ce cette compagnie va grandir à l’extérieur du Canada ? », a demandé Paul Desmarais III. 

L’arrivée de grosses entreprises sur le marché national rend les investissements plus risqués, a ajouté l’homme d’affaires. Selon lui, il est parfois difficile pour les sociétés canadiennes de tirer leur épingle du jeu face à des géants proposant des prix très compétitifs. 

Cela n’a pas empêché Diagram, autre fonds d’investissement détenu par Power Corporation, de fonder six entreprises depuis sa création en 2017. Selon M. Desmarais, les projets de ce genre permettent « d’apporter des capitaux dans la province ». 

Les fonds présidés par M. Desmarais n’obtiennent pas que des succès. En 2018, Sagard Holdings a fait perdre 63 millions de dollars à Power Corporation du Canada.

L’administration de l’entreprise avait dû procéder à une réorganisation de l’équipe de gestion du fonds pour limiter les pertes dans l’avenir.