(Montréal) Hexo vise toujours la rentabilité en 2020, mais même si le producteur québécois de cannabis déploie plusieurs efforts pour y arriver, des éléments hors de son contrôle risquent de lui mettre des bâtons dans les roues.

Julien Arsenault
La Presse canadienne

Alors que le nombre de boutiques de cannabis augmente au Canada — mais pas assez rapidement au goût de l’industrie —, la société établie à Gatineau est également confrontée à un contexte réglementaire plus rigide au Québec, où elle dit détenir des parts de marché d’environ 33 %.

Le gouvernement Legault a décidé d’interdire la vente de chocolats, jujubes et autres confiseries qui contiennent du cannabis et la Société québécoise du cannabis (SQDC) ne vendra pas de produits de vapotage au cannabis pour le moment.

« Nous nous adaptons donc à cette réalité, ce qui met évidemment un peu de pression à court terme », a expliqué lundi le président-directeur général de Hexo, Sébastien St-Louis, dans le cadre d’une conférence téléphonique visant à commenter les résultats financiers du premier trimestre.

Au cours de la période de trois mois terminée le 31 octobre, le producteur de cannabis a raté la cible des analystes en creusant sa perte nette à 62,4 millions en raison de la comptabilisation de diverses charges.

Hexo, qui compte vendre des produits comestibles autorisés au Québec, table également sur le déploiement d’articles destinés au vapotage. La société espère être en mesure de convaincre la province de changer son fusil d’épaule.

« Même si les ventes (pour le vapotage) s’effectueront hors du Québec au début, nous nous attendons à pouvoir partager les résultats de nos essais cliniques avec le gouvernement du Québec afin d’avoir des discussions », a dit M. St-Louis.

Le mois dernier, en publiant un règlement déterminant les catégories additionnelles de produits pouvant être vendues par la SQDC, le gouvernement Legault a effectué une mise en garde en soulignant les risques de développer une maladie pulmonaire aiguë associée au vapotage de cannabis (ou cannabinoïdes tels que le THC ou le CBD).

Entre-temps, Hexo mise sur une réduction de ses dépenses pour améliorer son bilan financier. Le dirigeant de l’entreprise s’est félicité d’une baisse de l’ordre de 25 % des frais d’exploitation depuis le dernier trimestre.

« Nous commençons à peine, a dit M. St-Louis. Nous pouvons grandement continuer à améliorer notre efficacité […] ce qui se reflètera sur les marges au fil du temps, à mesure que nous allons diminuer nos coûts. »

Le grand patron de la compagnie a estimé que la mise en service d’une usine à la fine pointe de la technologie à Belleville, en Ontario, permettrait de réduire davantage les coûts.

Toujours dans le rouge

Néanmoins, la société a affiché une perte nette par action de 24 cents à son plus récent trimestre, alors que sa perte nette avait été de 12,8 millions, ou 7 cents par action, au premier trimestre de l’exercice précédent.

Hexo a notamment inscrit une charge de dépréciation de 25,5 millions sur ses stocks de cannabis, en plus de comptabiliser des coûts de restructuration estimés à 3,8 millions dans la foulée de l’élimination de 200 postes en octobre dernier.

De leur côté, les revenus nets du principal fournisseur de la Société québécoise du cannabis (SQDC) ont été de 14,5 millions, par rapport à 5,6 millions lors du premier trimestre de l’exercice précédent.

Abstraction faite des éléments non récurrents, Hexo a affiché une perte ajustée de 33 millions au premier trimestre, par rapport à 47,7 millions à la même période lors de l’exercice précédent.

Cette performance trimestrielle s’est avérée inférieure aux attentes des analystes, qui tablaient sur des recettes nettes de 15,6 millions, ainsi que sur une perte nette par action de 12 cents, selon la firme de données financières Refinitiv.

« Les volumes récréatifs de 4196 kilos étaient légèrement supérieurs à nos attentes de 4050 kilos, mais le prix moyen obtenu par gramme de 4,35 $ était inférieur à notre prévision de 4,82 $, ce qui explique essentiellement pourquoi (Hexo) n’a pas atteint la cible », a expliqué l’analyste John Chu, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée par courriel.

À la Bourse de Toronto, l’action de Hexo a clôturé à 2,85 $, en recul de 10 cents, ou environ 3,4%.