Offrir des rabais aux clients pour éviter le gaspillage alimentaire est une tendance de plus en plus répandue en épicerie. La preuve, après avoir annoncé un partenariat avec IGA, voilà que FoodHero, une application mobile qui permet aux consommateurs d’acheter à moindre coût des produits dont la date de péremption approche, fait son entrée chez Metro dans le cadre d’un projet pilote. D’autres enseignes pourraient également conclure une entente avec l’entreprise québécoise qui a créé le concept.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

Créée par Jonathan Defoy, FoodHero, en service depuis mai, est désormais disponible pour les clients de cinq supermarchés Metro de Montréal. « On se donne un mois ou deux pour continuer le rodage pour s’assurer que tout est beau, a indiqué M. Defoy, au cours d’un entretien téléphonique, jeudi. C’est sûr que l’intention des deux partis, c’est que début 2020, on déploierait possiblement [l’application] à l’ensemble du réseau Metro. » L’enseigne compte 195 supermarchés un peu partout au Québec.

Du côté de Metro, la porte-parole Geneviève Grégoire n’a pas caché l’intérêt pour l’entreprise d’étendre le partenariat à tous les magasins. « Quand ça fonctionne, on déploie », mentionne-t-elle.

« Avec les ventes qu’on génère présentement, je ne vois pas comment ils [Metro] ne vont pas vouloir qu’on étende ça le plus rapidement possible, ajoute Jonathan Defoy. D’autant plus qu’ils suivent IGA avec un retard d’à peu près cinq, six mois. » L’application est présentement disponible dans 200 magasins IGA.

Aliments au rabais

Le mode de fonctionnement est simple. Chaque jour, les magasins participants affichent à 10 h et à 13 h 30 des aliments invendus, toujours consommables, qui approchent de leur date de péremption. Les rabais proposés sur ces produits varient de 25 % à 60 %. Les consommateurs choisissent ensuite leurs aliments au moyen de l’application et passent en magasin récupérer leur commande. L’objectif premier est de contrer le gaspillage alimentaire. Metro tient à préciser que les aliments invendus sont remis à des banques alimentaires.

« Forcément, on amène de nouveaux clients en magasin qui vont venir compléter leur épicerie », affirme M. Defoy. Selon lui, des milliers de transactions sont effectuées quotidiennement. FoodHero aurait rallié quelque 200 000 utilisateurs. « Nos clients l’utilisent en moyenne 1,5 fois par semaine », mentionne-t-il.

En plus de Metro et d’IGA, Jonathan Defoy mentionne que d’autres enseignes, qui ne sont pas des supermarchés, auraient montré de l’intérêt pour FoodHero. Il a toutefois refusé de donner davantage de détails.

Loblaw

Par ailleurs, bien avant ses deux concurrents, Loblaw (Provigo, Maxi) s’est associé en février avec Flasfood, une entreprise ontarienne qui permet également aux consommateurs, grâce à une application, d’acheter avec un rabais de 50 % des aliments invendus.