Le Mouvement Desjardins obtient un avis favorable de l’agence d’analyse financière et de notation de crédit DBRS Morningstar pour les changements faits parmi ses plus hauts dirigeants, en conséquence de la fuite massive des renseignements personnels de ses 4,2 millions de membres particuliers.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Dans un avis spécial diffusé en fin de journée mercredi parmi ses clients des milieux financiers et boursiers, l’influente firme torontoise DBRS Morningstar indique que « l’équipe de direction de Desjardins se montre capable de continuer de faire progresser le groupe et de lui permettre de faire face aux conséquences de la fuite de données ».

Par conséquent, avise DBRS, ce constat favorable de gestion de crise chez Desjardins ne justifie « aucun impact » sur sa notation des titres de financement et de capitalisation émis sur les marchés financiers par les principales composantes du Mouvement Desjardins.

Cet avis spécial sur Desjardins diffusé par DBRS Morningstar survient au lendemain de l’annonce par le géant financier coopératif d’un remaniement majeur de sa haute direction, qu’il attribue directement aux « vérifications internes » concernant la fuite massive de renseignements personnels des membres.

Entre autres, le numéro deux chez Desjardins, Denis Berthiaume, qui était premier vice-président exécutif et chef de l’exploitation, est remplacé par Réal Bellemare, qui occupait la fonction de vice-président exécutif et chef de la direction financière. M. Bellemare assumera aussi l’intérim à la vice-présidence aux technologies de l’information chez Desjardins, après le départ forcé de Chadi Habib.

À ce propos en particulier, la firme DBRS Morningstar signale à ses clients des milieux financiers et boursiers que « certaines initiatives clés liées à la modernisation et aux améliorations technologiques chez Desjardins pourraient être légèrement retardées jusqu’à la nomination d’un nouveau chef des technologies de l’information ».

Appelé à commenter la situation chez Desjardins, le directeur de l’Institut de recherche et d’éducation pour les coopératives et les mutuelles de l’Université de Sherbrooke, Claude-André Guillotte, s’est dit en accord avec le constat favorable de la firme DBRS Morningstar.

« Ça rejoint ma lecture de la situation [de fuite massive de renseignements personnels] chez Desjardins, qui a réagi de manière exemplaire et proactive jusqu’à maintenant, envers ses membres et envers ses diverses instances à l’interne », a indiqué M. Guillotte.