Au terme d’une enquête entamée il y a six mois, l’AMF affirme n’avoir identifié aucune infraction, ni manquement à la réglementation en valeurs mobilières, en lien avec la restructuration annoncée au printemps par la biopharmaceutique de Laval, Prometic.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Rebaptisée cet automne Liminal Biosciences, Prometic a présenté à la mi-avril un plan de recapitalisation qui a dilué massivement les petits actionnaires. Frustrés par la situation, ils sont nombreux à avoir porté plainte à l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Les conclusions de l’enquête ont été présentées aux investisseurs plaignants jeudi matin durant une conférence téléphonique organisée de façon exceptionnelle par l’AMF.

Le gendarme boursier québécois soutient avoir procédé avec « célérité et diligence » et affirme avoir effectué « toutes les démarches d’enquête requises » en plus de « vérifier tous les tenants et aboutissants » du dossier afin de s’assurer que la loi a été respectée.