Très présent au Québec, le géant mondial de l’acier ArcelorMittal est resté dans le rouge au troisième trimestre, confronté à un recul du chiffre d’affaires dans un contexte de marché mondial encore difficile pour l’industrie sidérurgique.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

Dans son énoncé de résultats publié jeudi, ArcelorMittal déclare une perte nette de 539 millions US lors du trimestre terminé le 30 septembre. Cette perte s’ajoute à celle de 447 millions US comptabilisée lors du deuxième trimestre.

Le chiffre d’affaires du troisième trimestre s’est élevé à 16,6 milliards US, en baisse de 10 % sur un an et de 13 % par rapport au trimestre précédent.

Aussi, ArcelorMittal a révisé à la baisse ses estimations de la demande d’acier aux États-Unis et en Europe pour toute l’année 2019, alors qu’il tablait sur une hausse jusqu’à récemment.

De l’avis de son président, Lakshmi Mittal, le groupe a encore fait face à « des conditions de marchés difficiles » durant le troisième trimestre. Le contexte a été caractérisé par « des prix bas de l’acier, couplés à des coûts de matières premières élevés », a-t-il expliqué.

Pour la suite, le président d’ArcelorMittal a indiqué que le groupe continuera de « réduire les coûts et adapter sa production », de façon à « s’assurer que l’activité continue à générer un flux de trésorerie positif ».

Par ailleurs, les dirigeants d’ArcelorMittal sont demeurés muets sur les rumeurs d’un projet de revente d’actifs, au Canada et au Brésil notamment, qui avaient été médiatisées en fin septembre par l’agence d’informations financières Bloomberg News.

D’après ces reportages, Arcelor Mittal se prépare à donner suite prochainement au projet de disposition d’actifs pouvant atteindre les deux milliards US dont ses dirigeants avaient fait part, de façon exploratoire, en août dernier.

Au Canada, ArcelorMittal est l’un des principaux intervenants dans l’industrie de l’acier. Ses activités s’étendent de l’extraction de minerai de fer au Québec (Mont-Wright) jusqu’aux usines de concentration de minerai (Port-Cartier) et de première transformation de l’acier à Contrecœur, Longueuil, Coteau-du-Lac et Montréal au Québec, ainsi qu’à Hamilton, London et Windsor en Ontario.

 – Avec Agence France-Presse, Bloomberg News