(Montréal et Québec) Ce ne sont pas seulement 2,7 millions de membres de Desjardins qui ont été victimes de la fuite de renseignements de juin dernier, mais plutôt l’ensemble des 4,2 millions de membres particuliers du mouvement qui se sont fait voler leurs données par un employé malveillant.

Tristan Péloquin Tristan Péloquin
La Presse

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« Ce que nous annonçons aujourd’hui n’est pas une nouvelle fuite. Il s’agit d’une mise à jour sur la même fuite faite par un individu malveillant », insiste le président et chef de la direction de Desjardins, Guy Cormier.

Desjardins affirme aucun mot de passe utilisé par les membres n’a été compromis par la fuite.

Le Mouvement Desjardins dit avoir été informé jeudi par la Sûreté du Québec que la fuite révélée en juin concerne un nombre plus élevé de comptes particuliers que ce qui avait été annoncé initialement. « Malheureusement, la SQ nous a informés que c’est tous les membres particuliers qui sont touchés. » Desjardins dit ne pas avoir d’informations permettant de savoir s’il y a plus de comptes d’entreprises touchés.

« C’était important pour nous d’informer nos membres le plus rapidement possible », a dit M. Cormier, quelques minutes avant de prononcer un discours devant la Chambre de commerce de Montréal.  

Desjardins devait profiter de l’occasion pour annoncer un nouveau « service d’alertage » d’Équifax, accessible directement sur la plateforme Accès D. Les membres vont recevoir au cours des prochaines semaines un code d’accès pour activer ce service.

M.  Cormier se dit confiant que le déploiement de ce service va mieux se dérouler qu’en juillet. « On apprend. J’ai l’impression de répéter un film », a-t-il lancé. Selon lui, Équifax a embauché davantage de personnel francophone afin de faire face aux demandes des membres.

Desjardins dit ne pas en savoir davantage sur l’évolution de l’enquête, mais affirme qu’elle n’a « pas vu de hausse significative » de fraudes concernant les cartes de débit ou de crédit de ses membres depuis la découverte de la fuite.

Québec défend son approche 

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a défendu vendredi l’approche du gouvernement dans sa gestion du vol des données personnelles des membres de Desjardins.  

« C’est un incident extrêmement sérieux [et] l’institution financière gère bien la situation », a-t-il dit.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard.

Le ministre Girard a réitéré son engagement de déposer d’ici décembre un projet de loi qui encadre les agences de crédit et a promis de tenir des consultations publiques. Québec compte aussi déposer prochainement un projet de loi qui encadre la protection des données personnelles et une stratégie gouvernementale sur la cybersécurité des données personnelles que détient le gouvernement.  

« La protection des renseignements personnels, c’est d’actualité dans toutes les sphères de la société. […] Il faut attaquer le problème d’une façon multidirectionnelle », a-t-il dit.

Du côté des oppositions, le Parti libéral, Québec solidaire et le Parti québécois ont à nouveau demandé vendredi qu’un mandat d’initiative soit confié à une commission parlementaire pour inviter à l’Assemblée nationale Desjardins, d’autres institutions financières et des experts en protection des données à venir répondre aux questions des élus.  

« On vient de perdre 4 mois. On n’a toujours pas de projets de loi et quand on se rend compte que plus de 4 millions de Québécois sont touchés, c’est inquiétant », a dénoncé la libérale Lise Thériault.  

« On revient à la charge. [Ce mandat d’initiative] nous a été refusé deux fois, mais on trouve que c’est toujours pertinent, d’autant plus avec ce qu’on vient d’apprendre », a renchéri Martin Ouellet du Parti québécois.  

« Le gouvernement doit envoyer le signal qu’à partir de maintenant les choses vont changer avant que la crise de la protection des données personnelles prenne encore plus d’ampleur, c’est une préoccupation de tous les Québécois », a pour sa part dit le solidaire Vincent Marissal.