(New York) Coca-Cola a annoncé vendredi de solides résultats trimestriels et s’est montré particulièrement optimiste pour l’ensemble de l’année, en raison d’une hausse continue des ventes de ses boissons à travers le monde.

Agence France-Presse

Le géant des boissons gazeuses anticipe désormais une croissance de ses ventes « d’au moins 5 % » à périmètre et taux de change constants, et ce en dépit de l’appréciation du dollar et surtout des tensions commerciales qui affectent la croissance mondiale.

Coca-Cola espérait jusque là une augmentation de 5 % des ventes.

L’optimisme du groupe d’Atlanta était salué à Wall Street, où le titre gagnait 1,54 % dans les échanges électroniques de préséance.

Lors du troisième trimestre écoulé, le bénéfice net s’est envolé de 38 %, à 2,59 milliards de dollars, ce qui s’est traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 56 cents, conforme aux attentes des analystes financiers.

Le chiffre d’affaires a, lui, augmenté de 8,34 %, à 9,51 milliards de dollars, supérieur aux 9,43 milliards escomptés.

« Notre performance nous conforte dans l’idée que notre stratégie prend auprès des consommateurs », s’est félicité le PDG, James Quincey, cité dans le communiqué.

Coca-Cola a revitalisé ses boissons classiques - Coca-Cola, Coca-Cola Zéro et Coca-Cola Plus - et propose désormais de nouveaux parfums, comme Coca-Cola Orange Vanille.

Il a également multiplié différentes tailles de canettes allant des conditionnements traditionnels (33 cl) à de nouveaux formats (20 cl et 15 cl) pour répondre aux critiques des diététiciens et des pourfendeurs de la malbouffe.

C’est une réponse au mode de vie urbain et connecté des nouvelles générations et une action concrète de prévention de l’obésité parce que ces nouveaux conditionnements contiennent moins de calories et moins de sucre, met en avant la société.

Ces initiatives semblent porter leurs fruits puisque les volumes de ventes ont augmenté de 2 %, principalement grâce aux pays émergents et à Coca-Cola Zéro sucre, Sprite et Coca-Cola classique.

La hausse est de 1 % dans les régions Europe/Moyen-Orient/Afrique, Amérique latine (Mexique et Brésil) et Amérique du Nord, tandis que les volumes de vente ont bondi de 4 % en Asie-Pacifique (Chine, Inde, Asie du Sud-Est).

Coca-Cola a en outre augmenté ses prix d’environ 6 % lors des trois derniers mois, pour limiter l’appréciation du billet vert face aux autres devises.

La multinationale voit souvent fondre les recettes générées à l’étranger lorsqu’elle les convertit en dollars.