(Montréal) Moins de 24 heures après avoir annoncé un changement à sa direction, Agropur a signalé, vendredi, qu’elle mettra la clé sous la porte de son usine de crème glacée de Lachute, dans les Laurentides, en août 2020, qui compte 177 employés.

Julien Arsenault
La Presse canadienne

Ces activités seront plutôt déplacées vers d’autres usines de la coopérative laitières à l’extérieur du Québec, soit à Truro, en Nouvelle-Écosse, ainsi qu’à Edmonton, en Alberta.

« L’usine de Lachute nécessitait des investissements importants, a indiqué la vice-présidente aux communications d’Agropur, Véronique Boileau, au cours d’un entretien téléphonique. Après analyse, nous avons décidé de consolider les activités à Truro et Edmonton. »

Agropur avait mis la main sur l’usine de Lachute lors de l’acquisition, en 2017, des actifs de Scotsburn.

Les employés touchés auront droit à certains programmes comprenant la possibilité de postuler à des postes dans d’autres installations de l’entreprise. Mme Boileau a donné en exemple le site d’Oka ainsi que d’autres centres de distribution.

Des indemnités de départ et un programme d’aide pour les employés et leur famille seront aussi offerts.

Par voie de communiqué, le syndicat des Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), qui représente les employés de Lachute, a dit avoir appris la nouvelle « dans la consternation la plus totale ».

« C’est certain que les employé (e) s étaient sous le choc d’apprendre qu’il perdrait leur emploi d’ici le mois d’août 2020, a souligné le secrétaire-trésorier de la section 501, Robert Sévigny. Bien entendu, le syndicat fera tout ce qui est en son pouvoir afin de gérer les impacts causés par cette fermeture. »

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Ces activités seront plutôt déplacées vers d’autres usines de la coopérative laitières à l’extérieur du Québec, soit à Truro, en Nouvelle-Écosse, ainsi qu’à Edmonton, en Alberta.

Le contrat de travail à l’usine de Lachute avait récemment été renouvelé.

Par ailleurs, après avoir été chef de la direction d’Agropur depuis février 2012, Robert Coallier, âgé de 59 ans, quittera pour la retraite à la fin de l’année afin de céder sa place à Émile Cordeau, qui a joint les rangs de la coopérative en 2013.

Âgé de 42 ans, M. Cordeau a occupé divers postes avant de devenir vice-président principal et chef de la direction financière.

« Il y avait de nouvelles opportunités qui s’offraient lui, a expliqué Mme Boileau. Dans ce contexte, Agropur a pris la décision d’accélérer le plan de relève. Nous sommes très heureux que M. Cordeau ait choisi de continuer sa carrière avec nous. »

Ayant œuvré chez Molson et Dollarama au cours de sa carrière, M. Coallier a notamment contribué à la forte croissance d’Agropur aux États-Unis, où la coopérative a réalisé d’importantes acquisitions, dont celle de Davisco Foods International, spécialisée dans la fabrication de fromage et d’ingrédients laitiers, en 2014.

Agropur réalise environ 46 % de son chiffre d’affaires aux États-Unis.

En 2018, Agropur avait vu son excédent net dégringolé de 61 %, à 67,7 millions, principalement en raison des bas prix du fromage et d’autres ingrédients aux États-Unis, ce qui avait grandement pesé sur la rentabilité.