(Montréal) Fonds de capitaux de risque dans les technologies vertes, Cycle Capital Management, dirigé par Andrée-Lise Méthot, souhaite ériger un pôle d’emplois dans le secteur du bassin Peel. Ce technopôle se spécialisant dans les technologies propres aurait l’ambition de devenir une référence comme MaRS Discovery District, à Toronto, Greentown Labs de Boston et le L.A. Cleantech Incubator.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Cycle Capital présentera son mémoire devant l’Office de consultation publique de Montréal jeudi soir. L’organisme tient une consultation publique sur l’avenir du secteur Bridge-Bonaventure, un territoire qui englobe les terrains du bassin Peel, notamment. La Presse s’est entretenue avec Mme Méthot mercredi après-midi.

À terme, ce centre névralgique espère pouvoir héberger une centaine de jeunes pousses au premier étage du futur centre, au rythme de 15 à 20 par an. Le projet, élaboré par phases, serait source de milliers d’emplois à terme.

« Je vous donne un exemple, glisse Mme Méthot. Il y a 10 ans, j’ai mis de l’argent dans Enerkem [production des biocarburants à partir de déchets], il y avait une vingtaine de personnes, ils sont 200 aujourd’hui. »

Par technologies propres, l’investisseur entend les énergies renouvelables, le stockage énergétique, la chimie verte, la mobilité durable, l’agriculture biologique, les technologies de la ville intelligente comme l’amélioration de la logistique des transports.

À l’étage au-dessus, on prévoit un atelier dans lequel de grandes entreprises mettraient des équipements clés à la disposition des entreprises naissantes afin que ces dernières puissent concevoir sur place leur prototype. Un peu plus haut dans le bâtiment, on trouverait la zone de contact, un espace de travail partagé, zone d’accélération, où se côtoieraient au quotidien entrepreneurs, universitaires, conseillers, financiers et associations dans le but d’accompagner les entreprises incubées dans leur cheminement vers une production commerciale à grande échelle. Une zone d’animation s’ajouterait à l’ensemble.

« Il y aura aussi une zone de bureaux pour les grandes entreprises aux étages supérieurs du centre, indique Mme Méthot. Le bas du bâtiment sera un espace non conventionnel. Les étages supérieurs seront des bureaux conventionnels comme chez MaRS à Toronto. »

Cycle Capital dispose de fonds d’une valeur de près d’un demi-milliard de dollars. L’investisseur spécialisé a étudié 950 dossiers d’entreprises québécoises de technologies propres au cours des 10 dernières années. Il a investi 160 millions en entreprise depuis sa fondation.