(New York) Le groupe américain spécialisé dans le courtage en ligne Charles Schwab a annoncé mardi qu’il allait à son tour éliminer les commissions sur les principales opérations effectuées en ligne au Canada et aux États-Unis par ses clients, faisant chuter les titres de ses concurrents.  

Agence France-Presse

L’action de TD Ameritrade plongeait vers 18 h 15 GMT de 26 % tandis que que celle d’E* Trade Financial perdait 18 %. Charles Schwab cédait pour sa part 12 %.  

Les courtiers, mais aussi de plus en plus les banques et les start-up, se livrent une rude bataille pour appâter les petits investisseurs américains. Les frais de courtage s’amenuisent au fur et à mesure que la concurrence augmente.

Au Canada et aux États-Unis

Charles Schwab, qui détient au nom de ses clients environ 3720 milliards de dollars d’actifs, a pour sa part décidé de « lever les derniers obstacles à l’accès de tous à l’investissement » en éliminant à partir du 7 octobre les commissions sur les opérations effectuées sur l’internet d’achats et de ventes d’actions, de fonds indiciels ou d’options, sur des plateformes aux États-Unis et au Canada.  

Ces commissions s’élèvent actuellement à 4,95 dollars US par ordre.

Il n’y aura plus besoin non plus de montant minimum pour ouvrir un compte.  

Les clients ayant recours à un courtier pour échanger des options continueront à payer 65 cents par contrat.

Après Robinhood, Interactive Brokers, JPMorgan et Fidelity

Interactive Brokers Group avait déjà annoncé la semaine dernière une offre similaire, garantissant l’absence de frais sur un nombre illimité d’achats et de ventes d’actions ou de fonds indiciels.  

Ces décisions s’inscrivent dans une tendance générale à l’abaissement des frais.

La banque JPMorgan Chase avait ainsi lancé en août 2018 le site « You Invest » sur lequel les 100 premiers ordres de l’année sont gratuits. Le puissant gestionnaire d’actifs Fidelity Investment avait proposé quelques semaines plus tôt à ses clients de miser sans frais sur des fonds indiciels.

Attirer des clients, leur vendre d'autres services plus tard

Avec ces promotions, les entreprises espèrent attirer des clients auxquels elles vendront plus tard d’autres services.

Elles ont aussi été obligées de réagir face à la montée en puissance de start-up comme Robinhood, qui propose depuis 2014 d’acheter et vendre, sans frais, des actions ou des fonds indiciels à Wall Street.