(New York) La banque américaine JPMorgan Chase a été choisie par les autorités saoudiennes pour piloter l’introduction en Bourse prochaine du géant pétrolier Aramco, présentée comme la plus grosse de l’histoire, ont indiqué à l’AFP mardi des sources proches du dossier.

Agence France-Presse

L’établissement s’est fait notifier cette décision mardi par l’entreprise saoudienne, ont ajouté ces sources, ajoutant qu’Aramco vise une entrée en Bourse en deux étapes : sur son marché local et à l’international, mais n’a pas encore choisi sur quelle plateforme boursière internationale il entend être coté.

Les Bourses de New York et de Hong Kong ont déployé tout un arsenal pour séduire les autorités saoudiennes, ont encore dit ces sources, ajoutant que la place de Tokyo n’était, elle, pas dans la course.

D’autres banques, dont Goldman Sachs, devraient être désignées dans les prochains jours pour épauler JPMorgan Chase sur cette transaction à plusieurs milliards de dollars, selon les mêmes sources.

Contactée par l’AFP, JPMorgan Chase s’est refusée à tout commentaire.

Amin Nasser, le PDG d’Aramco, a affirmé mardi que l’entrée en Bourse de son groupe était pour « bientôt », mais n’a pas donné de calendrier.

Le mastodonte saoudien prévoit de céder environ 5 % de l’entreprise d’État en 2020 ou 2021 dans ce qui pourrait être la plus importante vente d’actions au monde.

La mise sur le marché des 5 % d’Aramco doit rapporter quelque 100 milliards de dollars, bien que des experts soient sceptiques sur la valorisation globale de la compagnie à 2000 milliards de dollars.

Une vingtaine de grandes banques et de maisons indépendantes américaines, européennes et asiatiques ont passé un oral en début de mois devant les autorités saoudiennes pour les convaincre de les retenir pour ce rôle prestigieux et lucratif de banque pilote, selon les sources.

Aramco pourrait effectuer son baptême boursier en fin d’année ou alors début 2020, selon ces sources.