La firme de publicité lg2 met le cap sur l’est de la ville et déménagera son siège social au Technopôle Angus à l’automne 2020. La Société de développement Angus (SDA) entend bien profiter de l’effet d’entraînement que ne manquera pas de déclencher l’arrivée de son plus récent locataire.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

lg2 déménagera au 4051, rue Molson, où l’agence occupera une partie du rez-de-chaussée et les deux étages supérieurs de l’immeuble d’environ 55 000 pi2. Le reste du rez-de-chaussée sera rempli avec des commerces de proximité.

Les créateurs derrière les campagnes de publicité des producteurs laitiers et des marchés d’alimentation Maxi quitteront alors le boulevard Saint-Laurent, où ils auront eu leur quartier général au Balfour [au 3575, boulevard Saint-Laurent] pendant 28 ans.

lg2 avait besoin d’espace. Depuis 2006, la firme est passée de 75 à plus de 300 personnes. Dans les trois dernières années, son chiffre d’affaires a crû de 40 %, d’après l’agence. lg2 passera de 27 000 pi2 au Balfour à 47 000 pi2 rue Molson. Au moment du déménagement, le siège social comptera 275 collaborateurs, dont les trois quarts habitent les quartiers centraux : Plateau Mont-Royal et l’est de Montréal.

La décision d’opter pour l’Est est audacieuse. Dernièrement, parmi ses concurrents, Publicis a migré vers le Mile-Ex et Sid Lee, au centre-ville.

« Ç’aurait été un choix logique d’aller dans ces lieux-là, convient en entrevue Claude Auchu, associé et chef de la direction de lg2, la plus grande agence publicitaire indépendante du Canada. Les discussions avec la SDA ont commencé à la mi-2017.

« Ce qui nous guide, c’est comment faire une différence dans la vie du monde. Quand on voit qu’il y a du monde qui a le courage d’être ici pendant 20 ans et d’avoir la vision de créer une communauté au lieu de juste bâtir des buildings, ça nous parle. Ce courage nous parle. »

Notre décision de s’en venir dans l’Est vise à contribuer, à notre façon, à revitaliser l’Est.

Claude Auchu

« Nous voulions aussi avoir un impact sur l’enveloppe extérieure architecturale dans laquelle nous allons vivre, poursuit M. Auchu. C’est notre building. Nous avons pu collaborer avec les architectes Provencher Roy dans un travail d’équipe incroyable qui est toujours en train de se faire. »

La SDA investit 20 millions dans le nouveau bâtiment, dont la construction est déjà commencée. lg2 met pour sa part 3,5 millions dans le déménagement, dans le mobilier et dans une nouvelle plate-forme technologique.

Mais les transports en commun ? avons-nous demandé, étant donné que la station de métro la plus près, Préfontaine, est tout de même à 12 minutes à pied. « Les transports en commun ne sont plus un obstacle, interrompt Christian Yaccarini, président et chef de la direction de la SDA. L’autobus 25 roule toutes les 10 minutes en pointe depuis la mi-juin. » Le circuit fait la navette entre les stations Rosemont, sur la ligne orange, et Préfontaine, sur la ligne verte, en circulant au travers du Technopôle. Des pistes cyclables dans les rues Rachel et Molson encouragent les déplacements actifs.

La SDA est bien heureuse de sa nouvelle prise. « La couleur existait déjà chez nous, surtout depuis l’ouverture du restaurant Hoogan et Beaufort. C’est pour cette couleur que lg2 s’en vient. Mais, elle n’était pas connue. C’est sûr que l’arrivée de lg2, c’est un magnifique coup », reconnaît M. Yaccarini, qui dit préférer traiter avec des entreprises québécoises dont le patron travaille sur place.

Transformer un atelier ferroviaire en un écoquartier

La SDA a été créée en 1995 pour transformer l’ancien site des ateliers ferroviaires du Canadien Pacifique (fermés en 1991) en un pôle d’emplois de l’est de Montréal. Lancé en 1999, le Technopôle Angus s’était donné comme mission au départ de créer 2000 emplois en 10 ans et de construire 1 million de pieds carrés de bureaux et de locaux industriels.

L’organisme à but non lucratif a connu le succès rapidement en remplissant le Locoshop et en construisant au rythme d’un ou deux immeubles par année. Le parc a rapidement compté 12 bâtiments, hébergeant plus de 50 entreprises et 2000 travailleurs. La crise de 2008-2009 est toutefois venue stopper cet élan. La SDA avait alors réussi à aménager la moitié du terrain. Malgré la reprise économique, le Technopôle Angus a peiné à sortir de sa torpeur.

En parallèle, les entreprises que convoitait la SDA ont commencé à migrer vers le Mile End dans d’anciens immeubles industriels transformés en bureaux lofts.

« Il y a eu un changement de paradigme. Les entreprises ne cherchaient plus seulement un bâtiment et un loyer. Elles cherchaient un milieu de vie. Ça nous a forcés à nous remettre en question », confie Christian Yaccarini.

Cette démarche a débouché en 2018 sur l’adoption du projet d’aménagement d’un écoquartier dans l’îlot central du Technopôle. La phase du développement du Technopôle prévoit 11 bâtiments additionnels avec certification environnementale : 4 résidentiels, 2 institutionnels, 1 à vocation médicale et 4 bâtiments de bureaux. Aujourd’hui, Angus, c’est 65 entreprises, dont 8 sièges sociaux, et 2850 travailleurs, excluant lg2.

Qui est lg2 ?

Fondation : 1991
Employés : 320
Bureaux : Montréal, Toronto et Québec
Principaux clients : Agropur, Bell, BMR, Hydro-Québec, Maxi, Tourisme Montréal, Les Producteurs de lait du Québec